Rédiger un nouveau commentaire

Personne au sein des institutions internationales ne veut prononcer le mot de «récession», encore moins Jerome Powell, qui pourrait être soupçonné d’avoir contribué à ce résultat. Si les mots ont certes le pouvoir d’influer sur la réalité, le sombre tableau de la stagnation qui frappe les économies occidentales est déjà bien visible dans les chiffres.

20 juillet, par Vincent Manuel

Service réservé aux visiteurs enregistrés.

Pour participer, vous devez vous enregistrer au préalable Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire

Connexion | S'inscrire (gratuit)