Rédiger un nouveau commentaire

Comment pouvait-il en être autrement? Entre la baisse significative du pouvoir d’achat (-3.9% en mai aux Etats-Unis en termes réels) et le resserrement des conditions de financement dans le sillage des hausses de taux des banques centrales, la croissance montre enfin des signes d’essoufflement. Il peut paraître paradoxale de s’en réjouir…

29 juin, par Thomas Giudici

Service réservé aux visiteurs enregistrés.

Pour participer, vous devez vous enregistrer au préalable Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire

Connexion | S'inscrire (gratuit)