Rédiger un nouveau commentaire

Le sociologue Gérald Bronner a qualifié d’ «effet d’Ésope» cette fébrilité, source d’erreurs de perception, provoquant une rumeur génératrice d’encore plus de fébrilité. Les quelques semaines écoulées en sont une belle illustration sur les marchés. Entre les messages des banques centrales, plus ou moins fébriles, la dépendance, elle-même fébrile, aux données...

21 juin, par Thomas Giudici

Service réservé aux visiteurs enregistrés.

Pour participer, vous devez vous enregistrer au préalable Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire

Connexion | S'inscrire (gratuit)