Rédiger un nouveau commentaire

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux titres obligataires de catégorie «investment grade» ont été rétrogradés en «high yield» par les agences de notation. Pour autant, les perspectives ne sont pas aussi sombres qu’attendu pour ces «anges déchus».

20 octobre 2020, par Guillaume Lacroix , Stephan Mazel

Service réservé aux visiteurs enregistrés.

Pour participer, vous devez vous enregistrer au préalable Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire

Connexion | S'inscrire (gratuit)