IMG
Zoom sur : La Chine durant l'année du tigre

En Chine, le tigre est un symbole de force et de bravoure, qui apporte de nouveaux espoirs pour l’année. Lors de la dernière année du Tigre, il y a douze ans, la Chine a réussi à détrôner le Japon pour devenir la deuxième puissance économique mondiale, et a, depuis cette date, maintenu une dynamique de croissance soutenue...

La Chine sur le point de trouver une nouvelle force

Le 1er février 2022 marque le début de l’année du tigre, selon le calendrier lunaire chinois. En Chine, le tigre est un symbole de force et de bravoure, qui apporte de nouveaux espoirs pour l’année. Lors de la dernière année du Tigre, il y a douze ans, la Chine a réussi à détrôner le Japon pour devenir la deuxième puissance économique mondiale, et a, depuis cette date, maintenu une dynamique de croissance soutenue. La nouvelle année du Tigre marquera-t-elle le début d’une autre phase d‘évolution de l’économie chinoise et une reprise des marchés boursiers et obligataires? «La Chine a bien géré la crise économique liée au Covid, ce qui a conduit à des prix d’actifs positifs en 2020. Cependant, 2021 a été une année extrêmement difficile pour les prix des actifs chinois, car la Banque populaire de Chine a resserré sa politique monétaire et a renforcé la réglementation pour les secteurs de l’éducation et de l’Internet», déclare Sean Taylor, Chief Investment Officer APAC. La croissance a encore ralenti au cours de l’année, car la mise en place de la politique du zéro Covid a freiné la consommation, les sociétés immobilières surendettées ont eu du mal à rembourser leurs dettes et le pays a été confronté à une pénurie d’électricité. En outre, le gouvernement chinois a annoncé un changement de priorité politique, passant de la croissance à tout prix à la prospérité commune.

Une opinion plus positive sur les actifs chinois à l’issue du premier trimestre

Peu après le début de la nouvelle année lunaire, les Jeux olympiques d’hiver de Pékin commenceront. Ces deux événements auraient dû normalement stimuler la consommation. Toutefois, le manque de spectateurs et les inquiétudes liées à l’augmentation des cas de variant Omicron ont entraîné un retour des confinements et un ralentissement de la consommation. Les attentes en matière de bénéfices semblent encore trop élevées compte tenu des prévisions de croissance économique, ce qui devrait accélérer les révisions à la baisse des bénéfices au premier trimestre. En outre, le calendrier de remboursement des obligations du secteur immobilier est encore chargé. «Malgré cela, nous sommes beaucoup plus positifs sur les actifs chinois», dit M.Taylor. Cela s’explique par le fait que les actifs chinois devraient commencer à surperformer après le premier trimestre de cette année. Les aides gouvernementales sélectives devraient favoriser la croissance et les réglementations seront davantage dans leur phase de mise en œuvre. M.Taylor voit de la valeur émerger à la fois sur les marchés des actions et sur les marchés du crédit.

«La Chine suit un chemin complètement différent du reste du monde», affirme M.Taylor. Prenons l’évolution de la dette publique: En Chine, contrairement aux États-Unis et à l’Europe, il n’y a pas eu de grands programmes de soutien gouvernementaux depuis le début de la crise du coronavirus. La mise à disposition de crédits et la consommation privée ont considérablement diminué. Mais ce qui était négatif pour le développement économique à court terme pourrait s’avérer payant à moyen terme. Alors que la dette a augmenté de façon spectaculaire dans les pays industrialisés qui ont tendance à emprunter sur l’avenir, , elle a diminué de 7% pour atteindre 272% du produit intérieur brut en Chine l’année dernière. La Chine n’a pas autant investi sur l’avenir que les États-Unis et l’Europe.

La confiance des investisseurs devrait devenir positive

La Chine suit également son propre agenda en matière de politique de taux d’intérêt. Alors que les États-Unis et de nombreux pays émergents sont sur la voie du resserrement ou de la normalisation de leur politique, la Banque populaire de Chine assouplit sa politique. La croissance du crédit devrait s’améliorer et les investissements dans les infrastructures devraient remonter à des taux autour de 5%. Lorsque les preuves de la croissance se feront sentir, que les préoccupations en matière de réglementation s’apaiseront et que la consommation commencera à reprendre, la confiance des investisseurs devrait devenir positive. L’évolution vers une prospérité commune devrait conduire à une croissance moins forte mais de meilleure qualité, qui profitera à une plus grande partie de la population, et à une dépendance moins forte à l’égard des investissements immobiliers et d’infrastructure pour stimuler la croissance.

Une autre évolution positive qui devrait porter ses fruits à long terme est l’engagement de la Chine en faveur de la neutralité climatique. «Cette aspiration unit la Chine aux États-Unis. C’est un terrain d’entente sur lequel s’appuyer dans une relation qui est difficile», explique M.Taylor.

Possibilité de hausse à moyen terme pour les actions chinoises

Après une année difficile, M.Taylor continue de penser que la Chine est propice aux investissements pour les investisseurs étrangers. Cependant, les investisseurs doivent être patients et sélectifs. Il pourrait y avoir de nouveaux reculs au premier trimestre, avant que la situation ne s’améliore au deuxième trimestre. En ce qui concerne les actions, M.Taylor privilégie les titres axés sur la consommation des ménages avec les grandes marques, les nouveaux véhicules électriques, les batteries et les secteurs industriels. Selon lui, les révisions positives des bénéfices, la réussite de la mise en œuvre de la réglementation et la reprise de la consommation pourraient être des facteurs favorables à une hausse des actions chinoises.

Le crédit chinois est marqué par de mauvaises nouvelles. Le crédit Investment Grade est toujours préféré au High Yield mais des opportunités apparaissent dans les crédits immobiliers de meilleure qualité avec des bilans sains. Les incertitudes dans le secteur immobilier n’étant pas encore levées, les risques de défaut restent élevés. Toutefois, le yuan devrait rester un point d’ancrage pour les prix des actifs et toute vente due au resserrement de la politique monétaire américaine favorisera la croissance et fournira un bon point d’entrée.

À plus long terme, l’objectif du gouvernement de détourner les flux de capitaux des secteurs traditionnels à faible croissance, tels que l’immobilier et les secteurs économiques plus anciens, au profit de secteurs plus durables et à croissance plus rapide, devrait améliorer la qualité de la croissance et créer des opportunités d’emploi de meilleure qualité. L’orientation du plan quinquennal est sur la bonne voie à l’approche de la conférence du Parti chinois cet automne. La vitesse à laquelle les choses s’amélioreront dépendra fortement de l’évolution de la pandémie de coronavirus. Le tigre chinois semble donner une nouvelle force à la Chine.

Sean Taylor 31 janvier
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique