IMG
Wesley Lebeau : « Nous assistons à une accélération de la disruption dans des domaines tels que l'économie digitale ou l'industrie 4.0 qui ressortent comme les grands gagnants de la pandémie »

Entretien avec Wesley Lebeau, gérant du fonds CPR Invest - Global Disruptive Opportunities, dont la stratégie consiste à sélectionner les entreprises identifiées comme disruptives par leur capacité à s’affirmer comme des acteurs dominants quel que soit leur secteur d’activité.

Next-Finance: «Investir aujourd’hui dans le monde de demain», telle est la signature de votre fonds CPR Invest-Global Disruptive Opportunities. Quels sont ces secteurs qui redéfiniront selon vous le monde de demain?

Wesley Lebeau: Le fonds CPR Invest - Global Disruptive Opportunities investit sur tous les secteurs d’activité qui couvrent tout le spectre de la disruption. Toutefois, avec la crise COVID-19, les taux d’adoption à de nouveaux usages ont explosé et nous assistons à une accélération de cette disruption dans des domaines tels que l’économie digitale (cloud, cyber-sécurité, e-commerce, télémédecine) ou encore l’industrie 4.0 (robotisation/intelligence artificielle) qui ressortent comme les grands gagnants de la pandémie, accélérateur de la disruption sur le long terme. Les perspectives long terme se sont conjuguées au présent.

Qu’entendez-vous par disruption? Comment appréciez-vous la création d’un nouveau marché ou à la transformation d’un marché existant?

La disruption désigne le bouleversement d’un marché sur lequel les positions sont établies avec une stratégie inédite, plus facile d’utilisation et meilleur marché. Cette transformation engendre la substitution progressive d’un modèle économique par un autre. Créatrice de valeur, cette évolution offre la multitude d’opportunités d’investissement à moyen/long terme que nous essayons de capter. Il peut s’agir d’un nouveau marché ou de la transformation d’un marché existant.

CPR Invest-Global Disruptive Opportunities permet d’accéder, en une seule solution, à près de 30 sous-thèmes disruptifs répartis en 4 dimensions (Économie digitale, Santé & Sciences de la vie, Industrie 4.0 et Planète). La crise du Covid a-t-elle renforcé ces dimensions? Va-t-elle créer de nouvelles opportunités?

Concentrée sur ces thèmes, notre stratégie inédite consiste à sélectionner les entreprises identifiées comme disruptives par leur capacité à s’affirmer comme des acteurs dominants quel que soit leur secteur d’activité. Elles offrent des solutions plus simples, plus intelligentes, plus pratiques, souvent moins chères et naturellement adoptées par le consommateur. Cette stratégie unique est parfaitement adaptée à l’environnement actuel. Avec la crise sanitaire, nous pensons que le thème de la «Maison» porte en lui un changement sociétal permanent, à l’image du segment du Télétravail (technologies informatiques de data centers, de cyber sécurité et d’infrastructures de communication) qui va créer de nouvelles opportunités. Nous aurons un avant et un après Covid-19. Le fonds est idéalement positionné pour saisir ces changements et nouveaux défis liés à la transformation numérique, la mondialisation avec plus d’automatisation, l’accélération d’une nouvelle plateforme thérapeutique…

Votre gestion a-t-elle été active pendant cette crise sanitaire? Avez-vous procédé à des arbitrages et pourquoi? Combien de titres sont présents aujourd’hui dans votre portefeuille?

Notre gestion a été effectivement très active pendant cette crise sanitaire. Afin de saisir des opportunités d’investissement, nous avons procédé à quelques arbitrages au sein de notre portefeuille. Ainsi, nous avons allégé nos positions sur des titres enregistrant de fortes plus-values pour nous positionner sur d’autres entreprises présentes sur des activités cycliques (véhicules autonomes et électriques, robotisation) dont la valorisation nous semble plus intéressante. Au global, à l’heure actuelle, nous comptons 60 titres dans notre portefeuille.

Les GAFA sont très peu représentées dans votre fonds, pourquoi? Privilégiez-vous les petites et moyennes capitalisations? Quid de la capacité maximale de votre fonds? Pourriez-vous supporter un afflux de cash de la part des investisseurs?

Mis à part Facebook, nous ne détenons pas de GAFA car nous privilégions le segment des mid-caps où les opportunités d’investissement nous semblent plus nombreuses.
En outre, les encours de CPR Invest - Global Disruptive Opportunities sont de 2,4 Mds€ à fin mai 2020, nous n’avons donc aucun problème de liquidité. De plus, notre capacité de gestion est estimée à 5 Mds€.

De plus en plus d’ETFs sont lancés sur les thématiques de l’exposition aux tendances structurelles mondiales qui redéfiniront notre société. Percevez-vous un risque de bulles sur certains thèmes?

En effet, de plus en plus d’ETFs ont été lancés sur ces thématiques même si CPR AM a été un des pionniers sur le thème de la disruption. Cependant, à la différence de ces trackers, notre philosophie d’investissement privilégie une approche large couvrant l’ensemble de l’écosystème disruptif, à la fois mondial et tous secteurs, ce qui nous permet de bénéficier de l’ensemble des tendances qui offrent actuellement des opportunités uniques pour traverser les différents cycles de marché.

Quelles sont les performances du fonds depuis le début d’année? depuis le lancement du fonds? Le fonds a-t-il un benchmark?

Nous avons su démontrer notre capacité à créer de la valeur sur différents cycles de marché.
Depuis son lancement fin 2016, la performance du fonds est de +55,09%, soit une surperformance de 32,4% par rapport au MSCI World NR[1], son indice de référence. Sur les 5 premiers mois de l’année, la valeur liquidative du fonds est en hausse de 9,81% contre -7,36% pour le MSCI World NR.
Cette solide résilience témoigne de la robustesse de notre processus d’investissement et de notre capacité à gérer le fonds dans un environnement soumis à une très forte correction et une extrême volatilité sur les marchés financiers. Ces très bons résultats ont permis également au fonds de se voir attribuer 5 étoiles par Morningstar début janvier.

Depuis le début de l’année et dans ce contexte, notre fonds a très clairement surperformé son indice de référence grâce à l’économie digitale, qui a contribué à hauteur de 50% de la performance, suivie par l’Industrie 4.0 et par la Santé, qui ont contribué à hauteur d’environ 25% chacune. La performance du thème de la Planète a été quant à elle modérément négative.

RF 23 juin
Notes

[1] Performances nettes en euro, part I-Acc au 31/05/2020

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique