IMG
Vivre au-dessus de nos moyens

Les humains vivent bien au-delà de leurs moyens sur Terre, c’est un constat évident. La facture est tombée et elle va encore augmenter. L’analyse de Michael Lewis, Responsable de la recherche ESG chez DWS...

Le 29 juillet marque le Jour du dépassement, c’est-à-dire le moment du calendrier où la consommation humaine de ressources écologiques, telles que l’approvisionnement en eau et le stockage du carbone, dépasse le point où la Terre peut reconstituer ces ressources au cours d’une année donnée. Au début des années 1970, la planète a connu un déséquilibre inquiétant, car on a estimé que la demande de l’humanité en ressources écologiques correspondait exactement à ce qui pouvait être régénéré en un an.[1] Depuis lors, la population mondiale a doublé[2] et le produit intérieur brut (PIB) a été multiplié par quatre.[3] Il faut désormais moins de huit mois à l’homme pour consommer ce qui peut être régénéré en un an.[4]

La pression exercée sur nos terres et nos mers témoigne de cette charge humaine croissante. Par exemple, depuis les années 1970, un tiers de la surface cultivable de la planète a été dégradée et environ un tiers des zones forestières du monde ont été détruites[5]. Un tiers des stocks de poissons sont surexploités5 et les populations d’espèces d’eau douce ont chuté de 84% depuis 1970, contre une baisse de 68% pour l’ensemble des espèces[6].

Selon le Stockholm Resilience Centre, qui suit les neuf limites planétaires[7], nombre d’entre elles sont sur le point d’être franchies ou l’ont déjà été, comme celles relatives au changement climatique, à la perte de biodiversité et au cycle de l’azote qui entraîne la pollution des cours d’eau et des zones côtières[8]. Les efforts des entreprises et des investisseurs pour relever ce défi sont apparus ces dernières années. Ainsi, plus de 60 entreprises ont signé le Fashion Pact du G7 afin de faire davantage pour stopper le réchauffement climatique, restaurer la biodiversité et protéger les océans.[9] Quelque 57 investisseurs institutionnels, dont les actifs totalisent 6 300 milliards de dollars américains, ont demandé à toutes les entreprises de commerce du soja de s’engager à éliminer la déforestation.[10] En outre, 62 organismes d’investissement (gérant près de 8 000 milliards de dollars américains) demandent à l’industrie de l’huile de palme de mettre en œuvre des politiques de "non-déforestation, non-tourbe et non-exploitation".[11]

Mais il faut faire plus, et les gouvernements doivent montrer la voie. Par exemple, lorsque des preuves dramatiques[12] de l’appauvrissement de la couche d’ozone stratosphérique sont apparues dans les années 1980, les gouvernements se sont empressés d’interdire les substances responsables, notamment les chlorofluorocarbones[13]. Sur les neuf limites de notre planète, l’appauvrissement de la couche d’ozone est aujourd’hui celle pour laquelle les prévisions laissent entendre que nous pouvons vivre en toute sécurité en respectant les limites fixées. Serait-ce possible d’en faire autant pour les huit autres?

Michael Lewis 26 juillet
Notes

[1] Comptes nationaux d’empreinte et de biocapacité, édition 2021

[2] Perspectives de la population mondiale des Nations unies, 2021

[3] Base de données WEO du FMI

[4] Global Footprint Network (2021). Estimation de la date du Jour du dépassement de la Terre 2021.

[5] IPBES (2019). Rapport d’évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques

[6] WWF (2020). Rapport Planète vivante

[7] Les limites de notre planète identifient les neuf processus qui régulent la stabilité et la résilience du système terrestre. Le franchissement de ces limites augmente le risque de générer des changements environnementaux abrupts ou irréversibles à grande échelle.

[8] Centre de résilience de Stockholm, Université de Stockholm, Steffen et al.

[9] The Fashion Pact (2020) Premières étapes de la transformation de notre industrie.

[10] Ceres (mars 2019)

[11] PRI (avril 2019). Déclaration sur les attentes des investisseurs en matière d’huile de palme durable.

[12] New York Times (octobre 1995). Prix Nobel pour les travaux sur la menace pour l’ozone

[13] Site Internet de l’IF du PNUE. Le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique