IMG
Un scénario sous-estimé : si la Chine abandonnait sa politique zéro Covid ?

La Chine n’a pas assoupli ses règles de confinement et ne devrait pas le faire avant la fin des Jeux olympiques, le 20 février. Beaucoup d’analystes pensent même que l’extrême contagiosité du variant Omicron et le faible taux de vaccination du pays pourrait amener les autorités à maintenir durablement les contraintes...

La Chine n’a pas assoupli ses règles de confinement et ne devrait pas le faire avant la fin des Jeux olympiques, le 20 février. Beaucoup d’analystes pensent même que l’extrême contagiosité du variant Omicron et le faible taux de vaccination du pays pourrait amener les autorités à maintenir durablement les contraintes. Ils notent que Hong Kong a redoublé d’efforts pour tenter de supprimer l’épidémie en annonçant de nouvelles mesures de restriction il y a quelques jours: les rassemblements publics sont limités à deux personnes et les rassemblements privés de plus de deux ménages ont été interdits.

Mais la Chine pourrait tout autant prendre le chemin inverse. D’autres l’ont déjà fait. L’Asie de l’Est, qui longtemps mené la politique la plus conservatrice, a constaté la faible dangerosité du variant et commence à s’ouvrir aux visiteurs vaccinés sans exiger de quarantaine. En décembre dernier, Singapour a étendu à 24 pays l’absence de quarantaine. Le Vietnam a ouvert ses portes à certains pays depuis fin novembre et pense à une réouverture complète d’ici deux mois. Les quarantaines ne sont plus requises en Thaïlande depuis plusieurs semaines. Le Conseil national de redressement de la Malaisie a recommandé mardi une réouverture complète des frontières du pays aux voyageurs vaccinés d’ici mars. Les Philippines rouvrent également leurs frontières aux visiteurs entièrement vaccinés.

Contrairement à ce que la plupart des analystes pensent, la Chine pourrait suivre le mouvement. Il sera à cet égard intéressant de suivre l’évolution de la situation à Hong Kong. Les cas d’Omicron atteignent des records. S’ils continuent d’augmenter, alors il sera démontré qu’une politique de confinement dur n’est plus aussi efficace qu’auparavant. Pour les autorités chinoises, pourquoi payer le prix économique de mesures ultra restrictives si elles ne sont plus vraiment efficaces?

Frédéric Rollin 21 février
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique