IMG
Sept tendances à surveiller en 2024

Sciences, technologie et durabilité: voici les grandes tendances à suivre pour les 12 prochains mois – et au-delà. IA générative | Deepfakes et cybersécurité | Lutte contre le changement climatique | Hausse des bâtiments écologiques | Lueur d’espoir pour la maladie d’Alzheimer | Le mode de vie actif de nouveau à la mode | L’économie de l’expérience en hausse...

Sciences, technologie et durabilité: voici les grandes tendances à suivre pour les 12 prochains mois – et au-delà.

1. L’IA générative fait son entrée dans l’univers professionnel

L’IA générative a dominé les médias en 2023 et engendré de solides gains dans les actions technologiques. Maintenant que le battage médiatique autour de la nouvelle technologie a disparu, le prochain défi pour les développeurs est de savoir comment la monétiser. Les entreprises cherchent de plus en plus à adopter la technologie pour améliorer l’efficacité et devenir rentables, créant une forte demande pour les applications professionnelles de l’IA générative. Cela ne volera probablement pas votre travail – après tout, l’IA générative nécessite une intervention humaine pour lancer le processus et pour peaufiner le résultat, ainsi que pour contrôler les informations – mais pourrait vous rendre plus productif. GitHub Copilot de Microsoft est le meilleur exemple d’IA générative dans les logiciels d’aujourd’hui. Selon une étude publiée par Microsoft, les développeurs codant avec cette solution sont plus productifs. Ils obtiennent des résultats de meilleure qualité et sont 55% plus rapides, le tout pour environ 100 dollars américains par an avec l’abonnement «copilote». Salesforce a récemment lancé Einstein Copilot, dont les compétences incluent la génération d’e-mails marketing, la fourniture de réponses personnalisées aux questions des clients et la synthèse des appels. Et ce n’est que le début: dans tous les secteurs, les trois quarts des entreprises prévoient d’utiliser l’IA d’ici 2027[1].

2. Les deepfakes: un défi pour la cybersécurité

Bien que l’IA générative puisse nous rendre plus productifs, elle peut également diffuser de la désinformation nuisible. Les deepfakes – médias qui simulent la famille, les amis, les supérieurs ou les collègues via des appels vidéo ou audio – sont de plus en plus faciles à créer et de plus en plus difficiles à repérer. Et ce ne sont pas seulement des appels: avec l’aide de l’IA, les e-mails de harponnage («spear-phishing») bien ciblés et hautement personnalisés qui déploient des logiciels malveillants commencent déjà à remplacer les textes et les PDF génériques maladroits. Les attaques par ransomware ont considérablement augmenté depuis le lancement de l’IA générative, car les malwares sont de plus en plus rapides à créer. Cela représente un défi majeur pour le secteur de la cybersécurité. D’un autre côté, la menace croissante pourrait entraîner un nombre accru d’investissements, stimulés par les pressions réglementaires. Nous devrions très probablement assister à une hausse des solutions Zero Trust qui vérifient en permanence les identifiants des personnes qui interagissent avec une organisation, aussi bien en interne qu’en externe. L’IA peut également faire partie de la solution, car le secteur de la cybersécurité adapte les grands modèles de language (LLM) pour détecter plus rapidement les attaques et contrer les menaces potentielles liées à un code malveillant écrit par d’autres machines.

3. La lutte contre le changement climatique s’intensifie

Dans la lutte contre le changement climatique, l’accent a jusqu’à présent été mis sur l’atténuation, à savoir la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’élimination du carbone qui déjà présent dans l’atmosphère. Mais à mesure que les températures continuent de croître, il est de plus en plus évident que cette solution n’est pas assez rapide. Pour survivre, nous devrons nous adapter à des températures plus élevées et à des conditions météorologiques extrêmes de plus en plus fréquentes, telles que les sécheresses, les inondations et les ouragans. Lors de la conférence COP28 qui s’est tenue à Dubaï en novembre dernier, les pays se sont mis d’accord sur des objectifs pour l’Objectif mondial d’adaptation (OMA), bien qu’il subsiste des doutes quant à la manière dont ces efforts seront financés. Le déficit de financement annuel pour l’adaptation s’élève à 366 milliards de dollars, selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)[2]. Le secteur privé aura un rôle clé à jouer pour combler cet écart. Et les opportunités sont diverses, y compris la culture des plantes qui résistent à la sécheresse et poussent dans un climat en plein changement, le développement d’infrastructures qui résistent aux aléas du climat (p. ex. la construction de protections contre les inondations), la conception de bâtiments qui réfléchissent la chaleur, l’exploitation de mégadonnées pour prédire le prochain épisode climatique extrême ou la mise en place de systèmes d’alarme précoce, etc. Avec 2024 susceptible d’établir de nouveaux records météorologiques[3], l’adaptation sera une priorité majeure.

Il est de plus en plus évident que l’atténuation du changement climatique n’est pas assez rapide. Pour survivre, nous devrons nous adapter à des températures plus élevées et à des événements climatiques extrêmes.

4. La forte hausse des bâtiments écologiques

Du fait que nous installons de plus en plus dans les villes, nous avons besoin de davantage de bâtiments pour vivre, travailler et faire des loisirs. Historiquement, la construction a été problématique pour la planète: le secteur immobilier représente environ 40% des émissions mondiales de carbone et le processus de construction peut également générer beaucoup de déchets. Les innovations technologiques et les matériaux de construction ont maintenant changé la donne. Par exemple, le logiciel de modélisation des informations du bâtiment (BIM) permet la modélisation et l’analyse numériques tout au long du cycle de vie des bâtiments et des infrastructures, de la planification et de la conception à la construction et aux activités d’exploitation. La BIM intègre non seulement des outils pour analyser des facteurs environnementaux tels que l’énergie, la chaleur et l’éclairage, mais peut également faciliter la préfabrication, ce qui améliore l’efficacité de la construction. Et à l’intérieur des bâtiments, la technologie contribue également à réduire les émissions et à maximiser le confort, par exemple grâce à une meilleure isolation ou à des systèmes d’éclairage et de contrôle des bâtiments connectés à l’IoT. Selon l’Agence internationale de l’énergie, l’investissement mondial dans l’efficacité énergétique des bâtiments est passé de 140 milliards de dollars en 2015 à 190 milliards en 2021.

5. Une lueur d’espoir pour la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer a rendu perplexe les scientifiques pendant des décennies. Elle touche près de 30 millions de personnes dans le monde, ainsi que leurs familles qui prodiguent souvent des soins. La charge devrait augmenter avec le vieillissement de la population. Heureusement, nous observons enfin des signes de progrès dans le traitement et le diagnostic. Les autorités américaines ont récemment approuvé un médicament contre la maladie d’Alzheimer d’Eisai/Biogen, et la formulation sous-cutanée de ces entreprises, qui pourrait être plus facile à administrer, devrait également être déposée pour approbation. Au cours de l’année à venir, tous les yeux seront tournés vers le lancement des nouveaux traitements approuvés, le lécanémab d’Eisai/Biogen et le donanemab d’Eli Lilly. Ces nouvelles thérapies se concentrent sur l’élimination d’une protéine appelée bêta-amyloïde du cerveau. En outre, à mesure que des outils tels que le diagnostic sanguin deviennent disponibles, on espère qu’à l’avenir, les patients atteints de la maladie d’Alzheimer puissent commencer le traitement plus tôt dans la progression de la maladie, ce qui pourrait conduire à de meilleurs résultats.

6. Le mode de vie actif de nouveau à la mode

Les résolutions de santé et de remise en forme du Nouvel An cessent souvent d’être tenues au bout de quelques semaines, voire quelques jours. Mais un nombre croissant d’indices montrent que le désir de mener une vie plus active est plus qu’une tendance saisonnière. La Covid a souligné l’importance d’une bonne santé globale et a également donné à de nombreuses personnes le temps de découvrir de nouveaux loisirs. Quelques années plus tard, l’industrie du fitness continue de prospérer, avec des salles de sport qui remplacent les commerces vides et un fort appétit pour des gadgets de plus en plus sophistiqués pour suivre et encourager les progrès. Durant l’année à venir, les Jeux olympiques de Paris pourraient donner un nouvel élan au désir d’adopter un mode de vie actif et une alimentation plus saine. Dans le même temps, le succès d’une nouvelle classe de médicaments pour perdre du poids conçus pour imiter l’hormone glucagon-like peptide 1 (GLP-1), comme Wegovy, pourrait encore accroîter la demande concernant des modes de vie sains. Après avoir perdu du poids, les personnes peuvent trouver l’exercice physique plus accessible et être également plus motivées à rester en forme.

7. L’économie de l’expérience en hausse

Aux États-Unis comme en Europe, les dépenses consacrées aux activités récréatives et culturelles ont augmenté plus de deux fois plus vite que l’économie dans son ensemble. Les recherches suggèrent que dépenser de l’argent pour des expériences plutôt que pour des biens matériels peut offrir un bonheur plus durable, car ces expériences peuvent être partagées avec d’autres personnes. La technologie ouvre de nouvelles façons d’interagir, notamment par le biais de la réalité virtuelle et de l’e-sport. Mais hors ligne aussi, la demande d’expériences ne cesse de croître, notamment dans le commerce de détail et le tourisme. Le boom des voyages observé ces dernières années devrait se poursuivre en 2024, soutenu par des dispositifs de traduction en direct et des itinéraires conçus par l’IA générative. Les expériences partagées deviennent également une priorité croissante pour les autorités, l’administrateur de la santé publique des États-Unis avertissant que la solitude présente des risques aussi mortels que le tabagisme.

Steven Freedman 31 janvier
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique