IMG
Regain de forme confirmé pour l'assurance vie

Au mois de janvier, l’assurance vie signe une deuxième collecte nette mensuelle positive faisant suite à neuf mois consécutifs de décollecte. En janvier, la collecte nette s’est, en effet, élevée, selon la Fédération Française de l’Assurance, à 2 milliards d’euros, supérieure à celle du même mois de 2020 (600 millions d’euros).

L’assurance vie démarre d’un bon pied l’année 2021

Au mois de janvier, l’assurance vie signe une deuxième collecte nette mensuelle positive faisant suite à neuf mois consécutifs de décollecte. En janvier, la collecte nette s’est, en effet, élevée, selon la Fédération Française de l’Assurance, à 2 milliards d’euros, supérieure à celle du même mois de 2020 (600 millions d’euros). Le mois de janvier est traditionnellement porteur pour l’assurance vie. Une seule décollecte a été enregistrée ces dix dernières années, en 2012, avec -1,3 milliard d’euros. En moyenne, la collecte nette a été, sur cette période, de 1,8 milliard d’euros.

Les ménages effectuent, en début d’année, des arbitrages sur leur épargne. Ils y sont notamment incités par le versement, en décembre, des 13e mois et des primes de fin d’année. En 2021, ils ont pu puiser dans leur cagnotte «covid», plus de 80 milliards d’euros essentiellement placés en produits liquides et sûrs. L’amélioration depuis la fin du premier confinement des résultats d’assurance vie s’explique également par l’adaptation à la crise des professionnels de l’épargne qui ont développé les rendez-vous téléphoniques ou les réunions en visioconférence. Les épargnants recourent également de plus en plus à Internet pour réaliser leurs arbitrages.

Malgré la persistance de l’épidémie et le niveau élevé des incertitudes économiques, les ménages semblent disposés à réorienter, en partie, leur épargne liquide. L’assurance vie demeure le placement de long terme de référence qui permet de mixer sécurité avec les fonds euros et la prise de risque avec les unités de compte. Les faibles rendements des produits de taux, en particulier pour l’épargne réglementée, conduisent les épargnants à se repositionner sur l’épargne de long terme. Cette réorientation est, en outre, encouragée par les pouvoirs publics.

Le montant des cotisations a été, en janvier, particulièrement élevé, 13,6 milliards d’euros, contre 12,1 milliards d’euros en 2020 et 12,7 milliards d’euros en 2019. Il faut remonter au mois de décembre 2015 pour relever un montant de cotisations supérieur (13,7 milliards d’euros). La souscription d’unités de compte reste stable à 34% conforme à la moyenne de l’année dernière. Les consignes des assureurs, au minimum 33% d’unités de compte, sont appliquées et en grande partie acceptées par les assurés aidés en cela par la bonne tenue des marchés «actions».

Les prestations se sont élevées, au mois de janvier à 11,6 milliards d’euros, contre 12,3 en décembre et 11,5 en janvier 2020. Sur un an, elles sont stables, la crise sanitaire n’a pas réellement modifié le comportement des assurés en la matière.

L’encours de l’assurance vie a atteint, à la fin du mois de janvier 2021, 1 786 milliards d’euros.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique