IMG
Quel sera l'impact des élections américaines sur les marchés obligataires ?

Les électeurs américains choisiront le prochain président et les membres du Congrès le 3 novembre. Quel sera l’impact de l’issue du scrutin sur les marchés obligataires? NN Investment Partners (NN IP) estime qu’une victoire de Joe Biden et la hausse de la stimulation budgétaire susceptible d’en résulter auraient un plus grand impact qu’un nouveau mandat de Donald Trump.

“La probabilité d’un soutien budgétaire accru sous une présidence Biden est plus important pour les marchés que les craintes d’une réglementation plus stricte et de hausses d’impôts,” déclare Marco Willner, responsable de la stratégie d’investissement chez NN Investment Partners.

Impact sur les devises

Les principaux facteurs pour nos perspectives pour le cours du dollar américain par rapport à l’euro et pour les devises des marchés émergents sont la politique monétaire, la politique commerciale et la politique budgétaire. Sur le plan monétaire, la Réserve fédérale américaine maintiendra ses taux à un niveau proche de 0% et poursuivra ses rachats d’obligations. Cette attitude accommodante, ainsi que les liquidités abondantes en dollar soutiennent les devises des marchés émergents. Les perspectives pour le taux de change EUR/USD dépendent davantage des différences en matière de politique monétaire. La Fed parviendra probablement à rapprocher davantage les attentes inflationnistes de son objectif que la BCE, ce qui implique des taux réels américains relativement faibles susceptibles de soutenir l’euro par rapport au dollar.

La différence entre les deux candidats en matière de politique commerciale se situe essentiellement au niveau de la forme et de la tactique. Les deux candidats veulent protéger les industries américaines et maintenir la domination mondiale américaine dans le domaine de la technologie de l’information. Si Trump remporte les élections, une nouvelle escalade dans le conflit commercial avec la Chine est possible, ce qui pourrait entraîner une appréciation du dollar vis-à-vis tant de l’euro que des devises des marchés émergents.

La stimulation budgétaire accrue sous une présidence de Biden est plus importante pour les marchés que les craintes d’une réglementation plus stricte ou de hausses d’impôts. Une telle stimulation profiterait probablement aux devises des marchés émergents, car une hausse des dépenses en infrastructure stimulerait la demande de matières premières. Un renforcement de la stimulation budgétaire américaine devrait en outre soutenir les taux réels, ce qui est traditionnellement considéré comme un facteur positif pour la devise vis-à-vis de l’euro. Ceci est en effet de nature à compenser les pressions baissières sur les taux réels résultant d’un assouplissement de la politique monétaire. Du côté de l’euro, des développements relatifs au plan de relance de l’UE, au coronavirus et au Brexit pourraient jouer un rôle important.

La réaction potentielle de la politique budgétaire aura un impact majeur. Une présidence de Biden serait plus positive pour les devises des marchés émergents qu’un nouveau mandat de Trump. Selon nos estimations, les plans des deux candidats entraîneront d’importantes émissions de bons du Trésor pour faire face à la majeure partie des besoins de financement supplémentaires. Une offre obligataire plus élevée et une amélioration des conditions macroéconomiques sous une présidence de Biden devraient exercer des pressions à la hausse sur les taux des obligations d’État américaines l’année prochaine.

Implications pour les fondamentaux de crédit des entreprises et les principaux secteurs américains

La politique de Trump et l’accent que celle-ci met sur les baisses d’impôts, l’assouplissement de la réglementation, la croissance et la libéralisation des marchés seraient globalement plus favorables pour les marchés financiers et les entreprises. Biden chercherait à annuler certaines des réductions d’impôts de Trump, en augmentant l’impôt des entreprises tout en favorisant l’énergie verte, les soins de santé et le commerce. La baisse de la taxation a profité à l’ensemble des entreprises américaines, mais ce sont en fin de compte surtout les actionnaires qui en ont bénéficié.

Biden propose également de plus que doubler le salaire fédéral minimal d’ici 2026. Cette hausse du coût salarial devrait peser sur les marges bénéficiaires, même si la consommation des ménages pourrait augmenter dans certains secteurs si les travailleurs aux revenus plus faibles disposent d’un salaire plus élevé.

Les soins de santé devraient profiter d’un congrès divisé ou d’une victoire de Biden

Un Congrès divisé est généralement optimal pour les entreprises de soins de santé car ce cas de figure limite les capacités des deux partis à réformer la politique existante. Bien que nous pensions que le la loi démocratisant les soins de santé (Affordable Care Act) sera finalement maintenue, une ‘vague verte’ conduirait probablement à des efforts pour la renforcer. Biden est en outre en faveur de la mise en place d’une option publique d’assurance maladie visant essentiellement à accroître la couverture des citoyens aux revenus plus faibles. Selon nous, une victoire de Biden résulterait en une expansion ou un maintien de la couverture, ce qui serait bénéfique pour le secteur des soins de santé.

Stimulation de la transition énergétique … ou de la production pétrolière?

Le plan pour une ‘Révolution de l’énergie propre’ de Biden impliquerait des dépenses de USD 1.700 milliards sur dix ans. Biden a également l’intention de rejoindre l’Accord de Paris et d’interdire les nouveaux permis de forage sur les terres fédérales., qui représentent selon les estimations 25% de la production pétrolière et 10% de la production de gaz aux États-Unis. Alors que de nombreuses mesures attendues de la part de Biden sont de nature à réduire l’offre provenant des États-Unis, ses exigences en matière d’efficience des véhicules pourraient diminuer la demande pétrolière américaine. Le soutien que le président Trump a accordé au secteur de l’énergie a surtout été axé sur la création d’emplois et moinssur des initiatives en faveur de l’énergie verte.

Le secteur financier continuerait à profiter d’une administration Trump

Les entreprises financières, qui font partie des principaux bénéficiaires des réductions d’impôts de 2017, seraient particulièrement affectées si ces dernières devaient être annulées. Une administration Biden serait certainement moins positive pour les banques qu’une administration Trump, mais nous pensons que les initiatives de Biden seront plus ciblées et moins radicales que les mesures d’Obama. La politique fiscale et de libre marché de Trump est, pour sa part, bénéfique pour les institutions financières, de même que le maintien d’un contexte réglementaire plus souple.

Quel effet les élections peuvent-elles avoir sur les facteurs ESG et l’investissement responsable?

Les propositions de Biden, ainsi que sa promotion de l’énergie verte et de l’égalité de l’accès aux soins de santé, aux services financiers et à un salaire équitable correspondent globalement davantage à la focalisation de NN IP sur l’investissement responsable, alors que Trump privilégie davantage les entreprises et les actionnaires, avec un accent mis sur la croissance et une réglementation limitée.

Une présidence de Biden pourrait-elle conduire à la première émission d’obligations vertes par le Trésor américain, les États-Unis suivant ainsi la tendance mondiale aux émissions vertes souveraines? Les dépenses budgétaires liées aux plans de Biden en matière d’énergie verte et d’infrastructure durable permettaient de mettre sur pied les projets nécessaires pour justifier une émission verte, mais nous n’avons pas entendu de commentaires des candidats laissant penser qu’une telle démarche est envisagée à court terme.

L’incertitude crée des opportunités

À la veille des élections, nous restons neutres à l’égard des obligations d’entreprises américaines de qualité. L’incertitude à court terme est perceptible sur le marché des dérivés, ce qui implique un impact négatif potentiel sur les spreads de crédit jusqu’à bien après le scrutin. Le risque baissier est lié à une éventuelle incertitude prolongée sur le résultat des votes et au possible report de la stimulation budgétaire après l’entrée en fonction du nouveau président en janvier. Nous considérerions ceci comme une opportunité d’achat à des cours plus faibles et renforcerions notre exposition sectorielle dans les domaines qui profiteront le plus du nouveau cadre économique et réglementaire. En ce qui concerne les obligations d’entreprises américaines à haut rendement, le positionnement de nos portefeuilles est actuellement un peu plus risqué que l’indice de référence en raison de la sélection bottom-up des titres individuels qui privilégie les opportunités pour lesquelles nous distinguons un potentiel d’amélioration fondamentale et/ou une liquidité suffisante pour faire face à la volatilité actuelle.

Next Finance 2 novembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique