IMG
Proche de la pénurie de gaz, mais l'industrie s'en sort

La Russie a pratiquement arrêté les exportations de gaz vers l’Europe. Ce qui aurait été considéré comme une catastrophe majeure il y a quelques mois s’est finalement avéré maîtrisable pour le moment. L’analyse de Martin Moryson, économiste Europe en chef chez DWS...

De prime abord, le plan de Poutine de se servir de l’énergie comme d’une arme semble fonctionner. Les médias européens font une fixation sur l’augmentation du prix du gaz naturel[1] et la crainte d’un hiver froid. Au second coup d’œil, cependant, la victoire de Poutine ressemble davantage à une victoire à la Pyrrhus. Les prix du gaz naturel ont chuté en deçà de leurs niveaux maximaux, malgré l’annonce d’un gel presque total de l’offre - et dans certains cas, ils ont même atteint la moitié de leurs niveaux maximaux[2]. Même le gel de l’offre et l’explosion des prix n’ont pas semblé provoquer l’effondrement économique tant redouté. Pourquoi?

Tout d’abord, l’Allemagne a fait face à la pénurie de gaz en renforçant le stockage de gaz beaucoup plus rapidement que prévu. Deuxièmement, la consommation a baissé de manière tout à fait remarquable. Les économies réalisées par les ménages ne seront pas connues avant l’automne et l’hiver[3], mais il est déjà évident que l’industrie a pu substituer d’autres sources d’énergie au gaz naturel. Et cela, (c’est là le point crucial) avec des pertes de production nettement inférieures à ce que l’on craignait.

Comme le montre notre graphique de la semaine, en juillet et août, l’industrie a utilisé environ 20% de gaz en moins[4] par rapport à la moyenne de 2018 à 2021. Pourtant, en juillet[5], la production industrielle réelle de l’Allemagne n’a baissé que de 2% par rapport à la période 2018-2021. Et nous pensons que ces chiffres pourraient encore s’améliorer lorsqu’un modèle dit d’enchères pour le gaz sera introduit. Alors, les entreprises qui bénéficient encore actuellement de conditions d’approvisionnement favorables (à long terme) seront incitées à freiner leur consommation et à vendre aux enchères leur surplus de gaz à profit.

Bien sûr, cela ne signifie pas que l’industrie et les ménages allemands ne vont pas passer un hiver difficile - et peut-être même deux ou trois hivers difficiles. L’augmentation drastique des prix est un facteur de stress suffisant. Et dans notre scénario de base, nous prévoyons une légère récession en Allemagne et en Europe au tournant de l’année. Les petites entreprises, en particulier, risquent de se plaindre davantage des difficultés qu’elles rencontrent. Mais il y a quelques mois à peine, on redoutait l’éventualité d’une catastrophe en cas d’arrêt de l’approvisionnement par Nordstream I. L’arrêt est arrivé, la catastrophe ne s’est pas produite. Et le gouvernement a prêté main forte en proposant un programme d’aide aux consommateurs commerciaux qui représente environ 3% du PIB.

M.Poutine affirme que la Russie est capable de résister à la guerre parce que son peuple est capable de souffrir et de faire face aux pénuries économiques. "Toutefois, nous constatons aujourd’hui à quel point les industries occidentales sont capables de s’adapter lorsqu’elles sont confrontées à une pression extraordinaire", déclare Martin Moryson, économiste Europe en chef chez DWS.

Différence de la consommation de gaz et de la production industrielle 2022 vs 2018-2021.

JPEG - 23.3 ko
Sources: Haver Analytics, Bundesnetzagentur, DWS Investment GmbH au 12/09/22
Martin Moryson 19 septembre
Notes

[1] Les contrats futurs pour livraison dans 12 mois ont presque quintuplé depuis le début de l’année.

[2] Source: Bloomberg Finance L.P.; à partir du 13/09/22

[3] Non seulement parce que c’est à ce moment-là que les ménages privés augmenteront sensiblement leur consommation de gaz, mais aussi parce que la hausse des prix de gros du gaz naturel ne se répercute que lentement sur les prix de détail.

[4] Ce rapport montre ce que l’Agence internationale de l’énergie pensait être possible en mars 2022 en termes d’économies de gaz: https://www.iea.org/reports/a-10-po....

[5] Les données du mois d’août n’ont pas encore été publiées.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique