IMG
Mars 2021 : un mois record pour les actions

Les ETF actions ont enregistré une collecte record de 18,9 milliards d’euros en mars, ce qui représente plus de 40% des flux totaux en faveur des actions (fonds et ETF), affichant 45,4 milliards d’euros sur le mois.

> Flux à destination des ETF: Les ETF ont attiré 16,8 milliards d’euros en mars. Les ETF obligataires ont subi une décollecte de -2,1 milliards d’euros, contre une collecte de 18,9 milliards d’euros pour les ETF actions.

> Les ETF ESG ont poursuivi sur leur belle lancée avec une collecte de 7,3 milliards d’euros. Depuis le début de l’année, ils ont récolté 28,6 milliards d’euros (57% des flux nets cumulés des ETF européens), soit quatre fois plus qu’au cours de la même période l’année dernière (6,2 milliards d’euros entre janvier et mars 2020).

> Les ETF Smart Beta ont enregistré 6,9 milliards d’euros, avec une prédilection pour les stratégies «value» et équipondérées, qui permettent de diversifier le risque de concentration dans les récents secteurs gagnants, issus notamment des technologies.

> Dans un contexte de hausse des taux d’intérêt, les fonds et ETF obligataires n’ont récolté que 9,0 milliards d’euros de nouveaux actifs nets, répartis comme suit: collecte de 11,1 milliards d’euros pour les fonds ouverts et décollecte de -2,1 milliards d’euros pour les ETF, les investisseurs privilégiant les expositions diversifiées.

> Les fonds et ETF actions ont généré respectivement 26,5 et 18,9 milliards d’euros d’entrées de capitaux, soit un volume total de 45,4 milliards d’euros. Les investisseurs se sont rués sur les expositions aux actions internationales, aux valeurs financières mondiales et aux titres «value» américains.

Rotation en faveur des titres «value»

La reprise mondiale prend forme, comme en témoigne le rebond prononcé des indices PMI ces derniers mois. La reprise économique aux États-Unis donne le ton sur les marchés développés, et les chiffres de l’inflation se redressent depuis le second semestre 2020.

L’environnement économique favorable a poussé les investisseurs à privilégier les actifs cycliques qui avaient été malmenés au plus fort de la crise. Les expositions de type «value» (ETF axés sur ce style ou secteurs de l’énergie et de la finance par exemple) ont bénéficié de flux croissants au cours des six derniers mois, totalisant près de 21 milliards d’euros de nouveaux actifs nets sur la période.

Les stratégies «value» ne se sont pas montrées très performantes ces dernières années. Cependant, la reprise de l’activité leur a permis d’inscrire une forte surperformance par rapport à leurs indices de référence respectifs, toutes régions confondues.

Les investisseurs ont largement misé sur le secteur financier, qui peut toujours être considéré comme un secteur «deep value» à en juger par différents indicateurs (ratios cours/bénéfices et cours/valeur comptable prévisionnels à 12 mois).

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique