IMG
Les obligations vertes permettent le financement d'un monde plus durable

Selon NN IP, la croissance rapide du marché et la diversité croissante des produits ont fait des obligations vertes une alternative solide aux produits obligataires traditionnels. Représentant 1100 milliards d’euros, le marché est désormais suffisamment important...

Selon NN IP, la croissance rapide du marché et la diversité croissante des produits ont fait des obligations vertes une alternative solide aux produits obligataires traditionnels. Représentant 1100 milliards d’euros, le marché est désormais suffisamment important pour contribuer aux efforts mondiaux urgents visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, conformément à l’accord de Paris et à l’atteinte des objectifs de développement durable des Nations unies d’ici 2030.

Bram Bos, gérant principal obligations vertes, sociales et d’impact chez NN Investment Partners, déclare: "Les entreprises, comme les gouvernements, accélèrent leurs émissions d’obligations vertes pour financer des projets dans le domaine des infrastructures vertes et des énergies renouvelables. Avec cette forte dynamique de croissance et le développement de la gamme de produits, les obligations vertes font désormais partie intégrante des marchés obligataires «mainstream». Cela signifie qu’un processus de sélection rigoureux permettant d’éviter les obligations «vert clair» est encore plus important pour garantir que les projets financés contribuent de manière positive et mesurable aux grands enjeux du développement durable."

Du côté de l’offre, l’Europe restera le moteur de la croissance des obligations vertes. NN IP s’attend à ce que l’UE émette entre 50 et 75 milliards d’euros d’obligations vertes en 2022 pour financer le plan Next Generation EU. Toutefois, ce montant pourrait être plus élevé si la région accélère ses émissions. Le Danemark prévoit notamment d’intensifier ses émissions au cours de l’année.

La réglementation devrait également renforcer et élargir le marché en exigeant davantage d’informations et de transparence. En Europe, de nombreux gérants d’actifs et d’autres acteurs financiers accroissent leurs exigences de reporting pour se conformer au règlement SFDR (Sustainable Finance Disclosure Regulation) sur la publication des données liées au financement durable. Des règles plus strictes en matière de publication d’informations pour les entreprises devraient encourager ces dernières à adopter des business models plus durables, élargissant ainsi l’univers investissable pour les investisseurs en obligations vertes.

Next Finance 21 juillet
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique