IMG
Les méga-fusions devraient offrir de nombreuses opportunités aux stratégies Risk Arbitrage

Les actifs risqués renouant avec des sommets, les investisseurs s’interrogent sur le prochain catalyseur à même de tirer les actions encore plus haut. Toutefois, sachant que la Fed pourrait annoncer une réduction de ses achats d’actifs lors de la réunion du FOMC le 16 juin, il paraît avisé, d’un point de vue tactique, d’éliminer une partie de l’exposition au risque des portefeuilles.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Les actifs risqués renouant avec des sommets, les investisseurs s’interrogent sur le prochain catalyseur à même de tirer les actions encore plus haut. Toutefois, sachant que la Fed pourrait annoncer une réduction de ses achats d’actifs lors de la réunion du FOMC le 16 juin, il paraît avisé, d’un point de vue tactique, d’éliminer une partie de l’exposition au risque des portefeuilles. Cela étant, les alternatives sont rares: les obligations risquent d’être freinées par la hausse des anticipations d’inflation et le rendement des liquidités est nul, voire négatif.

C’est dans ce contexte que nous insistons, depuis plusieurs mois, sur l’intérêt de certaines stratégies de hedge funds. Parmi elles, les gérants CTA et Event-Driven bénéficient selon nous des meilleures perspectives. Les portefeuilles des stratégies CTA sont actuellement longs sur les actions et les matières premières, tandis que leur exposition aux obligations est quasiment nulle, voire négative.

Cette approche nous semble attractive, d’autant que ce mix d’actifs apporte une certaine diversification par rapport aux classes d’actifs traditionnelles. Les stratégies Event-Driven, pour leur part, bénéficient d’opérations sur titres plus nombreuses que jamais, et la situation devrait durer. Les volumes de fusions-acquisitions dans le monde ont excédé 300 milliards USD pour le quatrième mois consécutif en mai, avec plus de 350 milliards USD. Parallèlement, les méga-fusions sont de retour aux États-Unis: plus de 50% des volumes ont eu trait à des opérations de plus de 5 milliards USD en mai, et ce pour le troisième mois d’affilée. Les secteurs les plus concernés sont toujours les activités cycliques, comme les technologies de l’information, la consommation cyclique, la finance et l’industrie. Dans les secteurs défensifs, l’activité de fusions-acquisitions demeure également soutenue en Europe et aux États-Unis au sein du secteur de la santé. Parmi les sociétés de médias, les dernières annonces de grande ampleur ont été celles des rachats de WarnerMedia par Discovery, pour 43 milliards USD, et de MGM par Amazon, moyennant 8,45 milliards USD. En Europe, le rachat de Deutsche Wohnen par Vonovia pour 30 milliards EUR, dans l’immobilier, fournit aussi un avant-goût de l’impact que pourraient avoir les méga-fusions sur l’activité des opérations sur titres du Vieux Continent.

Notre opinion à l’égard de la stratégie Merger Arbitrage est extrêmement positive en raison des volumes élevés de fusions-acquisitions et du niveau attrayant des spreads (proches de 6%), qui devraient rester favorables.

La confiance des dirigeants étant au beau fixe, dans le contexte de taux d’intérêt toujours modérés, l’effervescence des rachats a toutes les chances de perdurer. Enfin, compte tenu de la forte appréciation des actifs risqués, nous estimons que les stratégies à faible bêta sont de plus en plus intéressantes et relevons donc notre exposition, de neutre à surpondérée.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique