IMG
Les marchés émergents ont-ils perdu leur mojo ?

Les marchés émergents ont toujours été très présents dans l’actualité des marchés financiers. Cela dit, les événements qui se sont produits ces trois dernières années ont été assez extrêmes pour la classe d’actifs et ont engendré un flot d’actualités constant et massif...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Les marchés émergents ont toujours été très présents dans l’actualité des marchés financiers. Cela dit, les événements qui se sont produits ces trois dernières années ont été assez extrêmes pour la classe d’actifs et ont engendré un flot d’actualités constant et massif. L’incertitude qui en a résulté, dans un contexte mondial de plus en plus difficile, a conduit de nombreux investisseurs à se demander: les marchés émergents ont-ils perdu leur mojo?

  • Historiquement, les rendements et la croissance des économies émergentes ont été supérieurs à ceux des pays développés, grâce à la compétitivité mondiale de ces économies dans la production de certains biens, services et ressources à faible coût (pétrole, infrastructures et biens de consommation). Néanmoins, une actualité politique riche ces dernières années a porté un coup à la confiance des investisseurs: la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, les sanctions américaines contre la Russie ou encore la montée de l’extrême-droite au Brésil.
  • La majorité des marchés émergents n’ont pas été épargnés par la pandémie mondiale de coronavirus. Un grand nombre des principaux marchés actions les moins performants depuis le début de l’année sont des marchés émergents, même si le nombre de décès dû à l’épidémie est resté relativement faible dans ces régions.
  • Contrairement au préjugé souvent appliqué aux marchés émergents, les opportunités d’investissement vont bien au-delà du seul secteur manufacturier, qui n’est pas prépondérant. Les nouvelles thématiques, telles que l’inclusion financière, la pénétration des soins de santé, le développement des infrastructures, la hausse de la consommation et l’innovation technologique sont, pour de nombreuses entreprises, le principal moteur de rendement à long terme.
  • Il est encore impossible de savoir ce que les douze prochains mois réservent. Les valorisations de nombreuses entreprises des marchés émergents sont plus faibles que précédemment mais aussi en comparaison à de nombreuses entreprises des marchés développés. Si c’était déjà le cas avant la pandémie, la situation n’a fait que s’aggraver avec l’exode des capitaux étrangers de ces marchés actions.
  • Les marchés émergents seront toujours, dans une certaine mesure, plus «agités» que les marchés développés et il existe de nombreux risques au-delà des opportunités structurelles. Toutefois, de nombreuses entreprises de ces marchés ont des business model et des bilans robustes, associés à de faibles valorisations et à des perspectives attrayantes liées aux changements structurels: ce sont autant d’atouts qui ont pourtant été négligés ces dernières années.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique