IMG
Les investisseurs "expérimentés" estiment que l'investissement durable est le plus susceptible de générer des rendements à long terme.

La Global Investor Study 2022 de Schroders révèle que les investisseurs "expérimentés" sont plus susceptibles de croire que l’investissement durable est indispensable pour obtenir des rendements à long terme par opposition aux personnes considérées comme moins informées.

Les conclusions axées sur le développement durable de cette étude phare de Schroders, menée auprès de plus de 23 000 investisseurs répartis sur 33 sites dans le monde, révèlent que plus des deux tiers (68%) des personnes qui se considèrent comme ayant des connaissances "expertes/avancées" en matière d’investissement estiment que l’investissement durable est le seul moyen de garantir la rentabilité à long terme, contre 52% des investisseurs "intermédiaires" et 43% de ceux qui pensent avoir des connaissances "débutantes/rudimentaires" en matière d’investissement. De même, 69% des investisseurs "expérimentés" partagent l’opinion selon laquelle l’investissement durable peut contribuer à un changement positif face à des défis tels que le changement climatique.

Hannah Simons, responsable de la stratégie de développement durable chez Schroders, explique: «L’interaction entre durabilité et rendements a donné lieu à des résultats polarisés cette année. Alors que les investisseurs débutants semblent plus sceptiques, la majorité des personnes interrogées pensent que le développement durable est indispensable pour obtenir des rendements à long terme.

C’est encourageant et cela souligne le rôle crucial que les gestionnaires d’actifs doivent jouer pour aider les investisseurs à mieux comprendre comment l’investissement durable peut non seulement aider à surmonter des défis tels que le changement climatique, mais aussi soutenir leurs rendements à long terme. Nous constatons qu’il existe un lien intrinsèque, chez les investisseurs, entre rendements de long terme des investissements durables et la résolution de certains des problèmes sociaux et environnementaux de notre monde.»

Plus précisément, l’étude a révélé que l’impact environnemental était la principale raison pour laquelle les gens sont attirés par l’investissement durable. Toutefois, l’investissement axé sur les questions sociales a gagné en importance par rapport aux années précédentes. Curieusement, les gains financiers n’arrivent qu’en troisième position dans la liste des priorités des investisseurs, ayant diminué au cours des deux dernières années, passant de 42% en 2020 à 36% cette année.

Sans surprise, l’objectif de rendement financier reste toutefois une priorité pour de nombreux investisseurs. Plus de la moitié d’entre eux (56%) recherchent un fonds qui se concentre avant tout sur la génération de rendements financiers tout en intégrant des facteurs de durabilité. C’est particulièrement le cas en Asie (61%) et dans les Amériques (60%), tandis que les Européens sont plus susceptibles de choisir un fonds présentant des caractéristiques de durabilité (51%).

Investir en fonction des préférences en matière de durabilité

L’étude a également révélé que les gens investiraient de plus en plus dans des fonds durables s’ils avaient la possibilité d’investir en fonction de leurs préférences. Plus de la moitié des investisseurs, indépendamment de leur niveau d’expertise, ont déclaré que la possibilité de choisir des investissements qui correspondent à leurs préférences personnelles en matière de durabilité les encouragerait à augmenter leur allocation aux investissements durables.

En termes d’objectifs de durabilité spécifiques des investisseurs, la qualité de l’éducation est considérée comme le critère le plus important au niveau mondial, un cinquième des personnes interrogées (21%) plaçant cette option en tête.

Les pays où le niveau de pauvreté est plus élevé semblent privilégier la lutte contre la pauvreté par rapport aux autres facteurs. En Inde, l’élimination de la pauvreté était la première priorité (choisie par 21% des investisseurs). À l’inverse, en Suisse, les investisseurs ont choisi l’amélioration de l’éducation comme priorité. L’éducation et preuve d’une meilleure performance et d’un meilleur impact, facteurs également clés pour encourager l’investissement durable.

Outre la possibilité de choisir des investissements alignés sur leurs préférences personnelles en matière de durabilité, un peu moins de la moitié (48%) ont déclaré qu’une meilleure formation en matière d’investissement durable les encouragerait à investir de manière plus responsable. L’absence de définitions claires des investissements durables a été citée comme l’un des principaux obstacles à l’investissement durable par tous les niveaux de connaissance.

Pour compléter le trio de tête, près de 44% des personnes interrogées ont déclaré que fournir davantage de données et de preuves montrant que l’investissement durable offrait de meilleurs rendements les encouragerait à augmenter leurs investissements.

Andy Howard, Responsable mondial de l’Investissement Durable chez Schroders, déclare: «Les résultats de l’enquête menée cette année montrent que les défis environnementaux restent l’une des principales raisons pour lesquelles les particuliers cherchent à investir de manière responsable. Cependant, le "S" de "ESG" ne doit pas être oublié, le capital humain, l’éducation et l’égalité figurant tous en tête des priorités d’investissement des particuliers.
L’éducation financière est un élément clé pour orienter davantage de capitaux vers l’investissement durable. Nos études montrent clairement que les gens recherchent essentiellement des conseils et de la clarté. Plus les gens sont capables de comprendre les produits dans lesquels ils investissent ainsi que leur impact sur la société et l’environnement, plus les capitaux devraient affluer vers l’investissement durable. Ainsi, chaque trimestre, Schroders fait le point sur les thèmes qui façonnent le paysage de la durabilité. Ces rapports ont été créés pour démontrer l’engagement de Schroders à intégrer les facteurs ESG dans les processus d’investissement de la société.»

Next Finance 30 septembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique