IMG
Le monde d'après ? C'est celui des Millennials.

Dans l’attente d’un vaccin ou d’un traitement pour faire face au coronavirus, nous nous habituons à vivre selon de nouvelles normes… celles du «monde d’après» comme nous le lisons bien souvent depuis le début de la crise sanitaire. L’analyse de Basile Devedjian, Gérant-du fonds VEGA Millennials chez VEGA Investment Managers...

L’expérience numérique se substitue au réel.

Nous voyageons moins et moins loin… nous sortons moins et travaillons à domicile… et bien souvent, l’expérience numérique se substitue au réel, que ce soit sur Zoom, Netflix ou sur un vélo d’appartement connecté. Cette nouvelle façon de vivre qui s’impose à tous, ressemble à bien des égards à celle de la génération milléniale (née entre 1980 et 2000). Connectée en permanence, souvent plus à l’aise avec un téléphone portable, elle affiche des comportements de consommation qui offrent un bel aperçu de la société post-covid. Plus pauvre que les deux générations précédentes, les Millennials n’ont eu d’autres choix que de privilégier l’expérience au produit. Compte tenu du risque sanitaire omniprésent, participer à un concert depuis chez soi devient un substitut dont tout le monde se contente, une expérience qui se partage désormais de façon démultipliée sur les réseaux sociaux. Cette situation peut être observable dans de nombreux secteurs, en particulier les plus touchés par la crise. Les restaurants sont remplacés par les repas à domicile, le télétravail s’impose face à la vie de bureau, les clubs de sports sont supplantés par un équipement «Peloton» ou «Lululemon» et les centres commerciaux se vident au profit d’Amazon… autant de nouveaux modes de vie qui impactent les entreprises dans leur manière de se développer, de se protéger et de communiquer.

La génération milléniale aux Etats-Unis et en Asie: un vivier de nouveaux clients pour les entreprises.

Les Etats-Unis ou l’Asie Pacifique, tous deux ayant une population plus jeune que l’Europe, offrent un gisement considérable d’entreprises innovantes, dans le secteur de la Tech en particulier, expliquant l’essentiel de leur surperformance boursière cette année. Satya Nadella, le respecté Directeur Général de Microsoft disait dès le mois d’avril que «le monde avait connu deux années de transformation digitale en deux mois». Les exemples de sociétés qui ont enregistré une croissance fulgurante sont nombreux: Zoom, Teladoc, Zscaler, Square, Wayfair, Fastly, ect... En France, bien que moins courants, il en existe également: Téléperformance s’est rapidement adaptée aux nouvelles conditions de travail; Worldline et Seb ont connu de bonnes croissances de leurs activités en ligne.

Le covid-19, un évènement qui fédère les Millennials

Marquant le pic de la mondialisation, la crise sanitaire a frappé tous les pays et toutes les générations en même temps. C’est peut-être le phénomène globalisé le plus intense depuis la Seconde Guerre mondiale. La chute du mur de Berlin, la rétrocession de Hong-Kong ou encore les attentats du 11 septembre 2001, n’ont pas eu le même retentissement sur la vie quotidienne de l’ensemble des habitants de la planète.

L’expérience troublante du confinement a probablement fédéré les jeunes générations bien plus que n’importe quel autre évènement politique. Le sentiment de traverser la même épreuve, ensemble et simultanément - sentiment déjà ancré avec l’impression d’être la génération sacrifiée par les crises précédentes - s’en trouve ainsi renforcé.

Des nouveaux comportements calqués sur les habitudes de cette nouvelle génération.

Moins favorisés que leurs prédécesseurs, les Millennials consomment moins. Ils passent moins souvent leur permis de conduire et délaissent donc l’automobile pour l’autopartage et les transports en communs. Ils possèdent de moins en moins leur résidence (primaire comme secondaire), ont moins d’enfants, boivent moins d’alcool et mangent moins de viande et ce, même lorsqu’ils en ont les moyens… Des comportements encouragés par leur conscience accrue des risques écologiques.

Si le coronavirus a fait plus de victimes au sein de les populations âgées et parmi les baby-boomers, ses conséquences économiques seront essentiellement supportées par les Millennials: le chômage des jeunes progresse fortement partout dans le monde; la planche à billet gonfle le prix de tous les actifs et le fossé entre les jeunes qui travaillent et leurs ainés qui possèdent, ne fait que se creuser.
Enfin, il faudra trouver une solution à toute la dette ainsi créée… remboursement, inflation ou risque de fuite devant la monnaie sont autant de défis de taille auxquels les Millennials devront faire face dans les années à venir.

Basile Devedjian 6 octobre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique