IMG
Le marché hôtelier français maintient une bonne dynamique malgré la crise

Selon le dernier baromètre annuel Business Outlook[1] de Christie & Co, spécialiste de l’immobilier hôtelier, 56% des professionnels estiment même que 2021 présente des opportunités

Sans surprise, les hôteliers français sont plus de 95% à déclarer avoir été impactés par la crise sanitaire dont plus de 60% à l’avoir été sévèrement. Bien que le marché ait connu une certaine reprise pendant les vacances d’été, les chiffres du mois d’août[2] montrent une baisse du RevPAR[3] de 57,5% dans tout le pays, l’Ile de France et la région Provence Alpes Côte d’Azur en tête avec respectivement 71,7% et 55,7% de baisse du RevPAR.

La crise sanitaire a bien entendu chamboulé les plans en matière d’investissement d’un grand nombre d’hôteliers en Europe en 2020: en France, 40% ont conservé leur stratégie d’investissement initiale quand 60% ont dû revoir leur copie. Ils ont été plus de 80% en Espagne et 70% en Allemagne.

Toutefois, pour l’année à venir, les hôteliers français sont 36% à déclarer être optimistes quant à la reprise de l’activité. Et 56% des hôteliers indépendants français estiment même que 2021 présente des opportunités. Un chiffre qui monte à 60% quand on interroge les sociétés d’investissement. Parmi les pistes identifiées par les professionnels, au-delà de la reprise des voyages: la croissance externe via l’acquisition d’actifs en difficulté ou à prix attractifs, la consolidation du marché qui devrait réduire la concurrence, ainsi que l’investissement dans les biens actuels.

“L’enquête que nous avons menée auprès des investisseurs et propriétaires d’immobilier hôtelier laisse entrevoir une augmentation des transactions à partir du deuxième trimestre 2021. Avec des taux d’intérêt historiquement bas et des capitaux disponibles importants, l’immobilier hôtelier demeure une classe d’actifs attractive à long terme” commente Philippe Bijaoui, Managing Director de Christie & Co France.

Pour 2021, la grande majorité des répondants prévoient de maintenir leur position. Il faut d’ailleurs s’attendre à une certaine liquidité du marché, puisque 44% des répondants en France prévoient d’élargir leur portefeuille. Il en va de même pour les prévisions de vente, qui atteignent 45%.

Derniers enseignements du Business Outlook: la majorité des sondés estime qu’il faudra attendre 1 à 3 ans pour que le secteur retrouve son niveau d’avant la crise et 15% qu’il faudra plus de 3 ans.

Concernant la valeur de leur actif, les hôteliers français sont 77% à penser qu’elle subira une décote en 2021. Une majorité estime que cette baisse dépassera les 10%.

Selon Philippe Bijaoui, “En comparaison du revenu par chambre disponible, la valeur immobilière des hôtels se redressera plus rapidement car des acheteurs à la recherche d’opportunités et disposant de capitaux se disputeront les meilleurs actifs”.

Next Finance 27 janvier
Notes

[1] Méthodologie: enquête réalisée du 19 novembre au 8 décembre via Wufoo auprès d’hôteliers en France, Allemagne, Autriche, Espagne, Portugal et au Royaume-Uni.

[2] Chiffres MKG Consulting / OK_destination

[3] Le RevPar (revenu par chambre disponible) se calcule à partir de deux indicateurs: le prix de vente moyen d’une chambre et le taux d’occupation moyen.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique