IMG
Le Climate Finance Partnership mobilise 673 millions de dollars US pour accélérer la transition vers le « zéro émission nette » dans les marchés émergents

Le fonds dépasse son objectif, ce qui démontre la forte demande des investisseurs pour des investissements dans les infrastructures climatiques en Asie, en Amérique latine et en Afrique.

Ce succès souligne le potentiel de la collaboration entre les secteurs public et privé pour faire progresser la transition vers le " zéro émission nette ".

BlackRock annonce avoir finalisé la levée du fonds Climate Finance Partnership (CFP), pour un montant de 673 millions de dollars US. Ce véhicule publicprivé a pour objectif d’investir dans les infrastructures climatiques des marchés émergents afin de favoriser l’accélération de la transition mondiale vers une économie «zéro émission nette». Un consortium mondial de 22 investisseurs, dont des gouvernements, des organisations philanthropiques et des investisseurs institutionnels, s’est engagé dans la collecte de fonds, qui a été sursouscrit et a dépassé son objectif de 500 millions de dollars US.

Le BlackRock Investment Institute estime qu’il est nécessaire d’investir 1 000 milliards de dollars par an dans des projets à faible émission de carbone dans les pays en développement afin d’assurer une transition équitable vers une économie mondiale «zéro émission nette»[1]. En effet, les marchés émergents représentent une part de plus en plus importante des émissions mondiales en raison de leur croissance démographique et de leur développement économique.

Cependant, en 2020, 150 milliards de dollars US seulement ont été investis dans la décarbonisation des marchés émergents, en excluant la Chine - soit un sixième des fonds nécessaires. Grâce au Climate Finance Partnership, les secteurs public et privé se sont réunis pour mobiliser des investissements importants dans les infrastructures climatiques des marchés émergents. Ces investissements visent à avoir un impact environnemental et social positif et permettre des rendements ajustés au risque attractifs.

Le CFP utilise une structure de financement mixte unique, avec un total de 130 millions de dollars US de capitaux faisant office de catalyseurs, levés auprès des gouvernements français, à travers l’Agence française de développement (AFD); allemand, à travers la KfW Development Bank (KfW); et japonais, à travers la Japan Bank for International Cooperation (JBIC), ainsi qu’auprès du Grantham Environmental Trust, de la Quadrivium Foundation, d’une autre fondation privée et de la compagnie multi-énergies TotalEnergies. Ce capital catalyseur vise à isoler les risques d’investissement pour les investisseurs institutionnels du fonds et a été utilisé pour mobiliser une levée de fonds institutionnelle plus large, qui a atteint un total de 523 millions de dollars US, auprès d’investisseurs tels que AXIS Capital, AP2, AXA, Dai-ichi Life Insurance, E.ON, Finnish Church Pension Fund, Mitsubishi UFJ Morgan Stanley (MUMSS), Mizuho Bank, MUFG Bank, Richter Family Office, Standard Chartered Bank, Sumitomo Life et un important fonds de pension européen. BlackRock s’est engagé à verser 20 millions de dollars US au CFP.

"Réaliser une transition juste vers une économie «zéro émission nette» d’ici 2050 nécessite une planification à long terme et une coordination étroite entre les secteurs public et privé", a déclaré Larry Fink, Président Directeur Général de BlackRock. "Ce partenariat est la preuve que les gouvernements, les organisations philanthropiques et les investisseurs institutionnels peuvent s’unir pour mobiliser des capitaux à grande échelle dans les marchés émergents, qui sont les plus exposés à l’impact du changement climatique. J’espère que de plus en plus de dirigeants de tous les pans de la société adopteront des solutions audacieuses et innovantes pour aider à combler le déficit de financement du climat."

«Le CFP reflète l’engagement de BlackRock à placer la durabilité au centre de toutes nos activités, de l’indiciel aux stratégies de recherche d’alpha, jusqu’aux marchés privés. Le CFP répond à l’un des principaux défis de l’investissement dans la transition vers le «zéro émission nette» dans les pays émergents. Cette structure innovante, dans laquelle chaque dollar du capital catalyseur provenant des banques publiques de développement et de la philanthropie a attiré quatre dollars de capital institutionnel, montre le pouvoir de l’innovation public-privé pour développer l’énergie propre dans les pays émergents d’Asie, d’Amérique Latine et d’Afrique», a déclaré Philipp Hildebrand, Vice-président de BlackRock.

"Le succès de cette levée de fonds, avec la participation de certains des principaux gouvernements et investisseurs institutionnels du monde, démontre le rôle central que les finances publiques peuvent jouer pour aider à lever des capitaux privés afin d’investir dans les économies émergentes, où les investissements dans les infrastructures climatiques sont les plus nécessaires", a déclaré Edwin Conway, responsable mondial de BlackRock Alternative Investors.

Le CFP ciblera les investissements dans certains pays non-membres de l’OCDE en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Ces régions présentent pour les investisseurs mondiaux, d’importantes opportunités d’investissement dans les infrastructures climatiques au cours des prochaines décennies, en raison de la forte croissance de la demande d’électricité, de l’urbanisation croissante et du développement économique rapide. Les énergies renouvelables des marchés non-membres de l’OCDE devraient représenter 49% de la capacité énergétique mondiale d’ici 2050, contre 25% pour le marché des énergies renouvelables de l’OCDE[2]. Le fonds se concentre sur le secteur des infrastructures climatiques, notamment sur les domaines suivants (i) la production d’énergie renouvelable connectée au réseau et/ou distribuée; (ii) l’efficacité énergétique dans les secteurs résidentiel, commercial et/ou industriel; (iii) les solutions de transmission ou de stockage de l’énergie; et (iv) les transports et services de mobilité à très faibles émissions ou électrifiés.

Helena Olin, responsable des actifs réels d’AP2, a déclaré: " Nous sommes ravis de travailler avec BlackRock et le Climate Finance Partnership, car cela offre à AP2 la possibilité de diversifier notre portefeuille pour les investissements en infrastructures durables sur les marchés émergents avec une structure de financement mixte, tout en atteignant nos objectifs de durabilité. "

Pascal Christory, CIO d’AXA Group, a déclaré: “Le risque climatique et les enjeux de durabilité sont devenus des risques d’investissement critiques pour AXA. Aujourd’hui, nous nous réjouissons de nous associer à BlackRock dans cet effort conjoint d’attirer le capital vers les investissements dans les infrastructures climatiques dans les marchés émergents. Cette initiative contribuera à l’ambition «Driving Progress» d’Axa en réduisant l’intensité carbone de notre portefeuille d’investissement. Nous sommes convaincus que ce partenariat accélèrera l’action climatique et sera un excellent moyen de faire avancer des solutions concrètes pour avoir un impact sur les efforts de transition dans les marchés émergents."

Marc Spieker, directeur financier du groupe E.ON, a déclaré: "Être une entreprise durable ne signifie pas seulement concentrer nos activités sur des activités durables, mais aussi mettre la durabilité au cœur de tout ce que nous faisons. C’est pour cela que nous appliquons également la même rigueur dans la gestion de nos actifs de retraite. En investissant dans le fonds Climate Finance Partnership de BlackRock, les capitaux sont alloués pour favoriser la croissance des énergies renouvelables dans les pays non-membres de l’OCDE, ce qui permet de faire la différence de manière tangible dans la transition énergétique des marchés émergents."

Koji Fujiwara, président et directeur général de la Mizuho Bank, a déclaré: "Pour parvenir à une société neutre en carbone d’ici 2050, nous devons tous viser les mêmes objectifs et agir dès maintenant. L’objectif du CFP d’investir dans les infrastructures climatiques dans les marchés émergents contribuera à promouvoir la décarbonisation dans le monde. Nous nous réjouissons de contribuer à l’action du CFP et nous remplirons de manière proactive notre rôle d’institution financière de premier plan dans l’effort pour développer une société résiliente au changement climatique."

Iwao Matsumoto, directeur général de Sumitomo Life Insurance Company, a déclaré: "Sumitomo Life est ravi de participer au CFP et, en tant qu’investisseur institutionnel responsable, de contribuer à soutenir la décarbonisation des marchés émergents. Nous pensons que le changement climatique est un problème urgent qui doit être abordé au-delà des frontières nationales. Nous nous engageons à atteindre le niveau «zéro émission nette» d’ici 2050 et à fixer des objectifs de réduction des GES d’ici 2030. Le changement climatique et le développement d’infrastructures sociales font partie des domaines d’interventions que nous trouvons particulièrement difficiles dans le cadre de l’investissement responsable. Le CFP s’inscrit parfaitement dans notre politique et offre une répartition appropriée des risques et des rendements, compte tenu de sa structure unique. Nous sommes heureux de contribuer à la réalisation d’une société durable et d’améliorer potentiellement le rendement."

Naoyuki Hamada, vice-président et responsable de la Wealth & Middle Market Business Unit de Mitsubishi UFJ Morgan Stanley, a déclaré: "Nous sommes fiers de jouer un rôle de distributeur dans cette initiative très innovante, et de lever plus de 100 millions de dollars US auprès d’un large éventail d’investisseurs, notamment auprès de particuliers fortunés et d’institutions. En observant comment l’intérêt pour l’ESG a suscité le désir d’investir dans des produits alternatifs non liquides comme le CFP, nous réalisons que proposer des produits de pointe peut aider à développer l’avenir de l’investissement. Nous restons plus que jamais déterminés à former la prochaine génération d’investisseurs et de participer à la création de portefeuilles durables grâce au progrès des produits de pointe."

Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies, a déclaré: «TotalEnergies salue chaleureusement le closing du Climate Finance Partnership, piloté par BlackRock, qui illustre parfaitement l’ambition de TotalEnergies de réaliser une transition équitable en fournissant une énergie plus abordable, plus accessible et plus propre au plus grand nombre.»

Le fonds Climate Finance Partnership est géré par l’équipe Global Renewable Power de BlackRock Real Assets, dirigée par David Giordano, directeur groupe des énergies renouvelables. BlackRock Real Assets gère environ 12 milliards de dollars US de capital investi et engagé dans le secteur des énergies renouvelables et plus de 40 milliards de dollars US d’actifs de clients à travers toutes les stratégies d’infrastructure recouvrant les actions, la dette et les stratégies cotées, au 30 Juin 2021. La plateforme Global Renewable Power a investi directement dans plus de 300 projets dans le monde, notamment des projets éoliens terrestres, éoliens offshore et solaires photovoltaïques.

Next Finance 4 novembre
Notes

[1] BlackRock Investment Institute, Octobre 2021

[2] BlackRock à partir des données de Bloomberg NEF, New Energy Outlook 2020: Capacité installé cumulée. Données en date de février 2021.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique