IMG
La lumière au bout du tunnel ?

Que vont retenir les investisseurs de novembre 2020? Une élection présidentielle américaine restée très incertaine jusqu’à son issue, ou les grands espoirs suscités par un vaccin contre la Covid-19 démontrant une efficacité de 90% dans ses résultats préliminaires? Adieu la politique, le comportement du marché semble indiquer que le vaccin changera la donne.

En effet, nous avons assisté à une forte rotation sectorielle lors de cette annonce, la dispersion des rendements boursiers atteignant des niveaux parmi les plus élevés jamais enregistrés.

Les actions de croissance, qui avaient été les gagnantes incontestables de cette crise, ont été délaissées, tandis que tous les perdants, c’est-à-dire les actions à tendance cyclique ou de value, ont fortement rebondi.

Les expériences passées, telles que la rotation de mai/juin de cette année, montrent que ces mouvements peuvent être très éphémères, et en effet, au-delà de la couverture des positions short, nous avons du mal à trouver des arguments en faveur d’une surperformance durable des actions value.

La sortie d’un positionnement «sous-pondérer» est toutefois logique à ce stade. L’annonce d’un potentiel vaccin d’ici la fin de l’année (Pfizer et Moderna pourraient obtenir un accord de procédure accélérée de la FDA d’ici là), signifie que l’incertitude s’estompe et que les perspectives à moyen terme s’éclaircissent. Oui, il y aura des problèmes de production et de stockage, mais on peut s’attendre à une normalisation à l’horizon 2021. Les Banques centrales ayant plafonné les taux et étant prêtes à acheter davantage d’obligations d’États afin de garantir la stabilité des économies, comme l’a indiqué la présidente de la BCE, Christine Lagarde, cela devrait constituer un environnement favorable aux actions.

À court terme, nous savons que le flux d’informations continuera à apporter des vents contraires. Les cas d’infections Covid-19 sont toujours en hausse, avec une dynamique particulièrement forte aux États-Unis en ce moment même.

A cet égard, les données d’activité à court terme seront affectées par les fermetures d’usines en Europe et par la réduction potentielle des dépenses de consommation de l’autre côté de l’Atlantique. Pourtant, nous pensons aujourd’hui qu’il faut regarder au-delà de cette volatilité à court terme. Il vaut mieux investir maintenant que de tenter de rattraper un rally boursier plus tard.

Florence Barjou 16 novembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique