IMG
La crise du carburant en Grande Bretagne est similaire à celle du papier de toilette au début de la pandémie

Les experts en chaîne d’approvisionnement de Bayes Business School (anciennement Cass Business School) commentent les pénuries d’essence en Grande Bretagne dues à des achats de panique et des problèmes de livraison.

Selon eux, les achats de panique de carburant en grandes quantités ne feront que perturber davantage les chaînes d’approvisionnement et la production.

Les difficultés de transport de l’essence jusqu’aux pompes ont entraîné de longues files d’attente dans les stations en Grande Bretagne, et le gouvernement a fait appel à des mesures extraordinaires telles que la suspension des lois sur la concurrence, la délivrance de visas temporaires aux conducteurs étrangers et même la mise en alerte de l’armée face à l’escalade du problème.

Pour Florian Lücker, maître de conférences en gestion de la chaîne d’approvisionnement à la Bayes Business School (anciennement Cass Business School): "La crise du carburant met en évidence le risque de pénurie d’approvisionnement pour de nombreux produits de base, allant du carburant aux boissons ou aux jouets.

Ces produits sont fabriqués et livrés aux clients au moyen de chaînes d’approvisionnement rentables, conçues pour répondre à un schéma stable de demande et d’offre. Lorsque l’un ou l’autre est perturbé, comme c’est le cas avec la demande actuelle d’essence, les pénuries de produits sont inévitables, et la concurrence sur les prix laisse peu de marge de manœuvre.

Le cas spécifique du carburant montre comment le comportement des consommateurs peut exacerber les problèmes d’approvisionnement.

Les achats de panique ne font que réduire la quantité de carburant disponible pour ceux qui en ont besoin: un schéma similaire à celui que nous avons observé au début de la pandémie avec le papier toilette. Malheureusement, ces achats de panique faussent considérablement la chaîne d’approvisionnement, car la "fausse" demande fait son chemin le long de la chaîne d’approvisionnement jusqu’aux raffineries de carburant. Ces raffineries vont alors augmenter leur production et, en raison des délais de traitement, elles ne seront pas en mesure de réduire ces capacités supplémentaires lorsque la demande reviendra à la normale. En conséquence, il y a une offre excédentaire de carburant et le coût de ces perturbations est généralement répercuté sur le client.

Renforcer la confiance dans les décideurs politiques et les fournisseurs de carburant pour surmonter les problèmes d’approvisionnement motivera les gens à arrêter les achats de panique.

Un meilleur partage de l’information et la confiance entre toutes les parties seraient également très bénéfiques. Cela signifie que les exploitants de stations-service devraient communiquer le taux réel de la demande aux raffineries.

La pratique courante consistant à exagérer la demande auprès des raffineries peut aider les fournisseurs de stations-service à recevoir plus d’approvisionnement à court terme, mais elle nuit à la chaîne d’approvisionnement à long terme."

Pour ManMohan Sodhi, professeur de gestion des opérations et de la chaîne d’approvisionnement à la Bayes Business School (anciennement Cass Business School): "Nous pouvons analyser la situation de l’approvisionnement en essence à deux niveaux.

Premièrement, l’essence est un bien à rotation rapide et qui n’est pas stocké en grandes quantités dans les pompes à essence. Deuxièmement, un propriétaire de voiture n’a pas de substitut. Ces deux éléments combinés impliquent que tout soupçon de pénurie, pour quelque raison que ce soit, entraînera des achats de panique de la part des propriétaires de voitures, ce qui se traduira au mieux par des pénuries.

Cependant, à un niveau plus élevé, à partir de ces pénuries - qu’elles soient causées par Covid, les quarantaines ou les incertitudes du Brexit - il est tout à fait clair qu’il y a des débordements dans tous les secteurs liés à la pénurie de conducteurs et ce n’est pas une bonne situation.

Le programme de visas temporaires aux conducteurs étrangers du gouvernement peut soit aider, soit nuire davantage à la situation, car il s’agit d’une solution ponctuelle. Elle peut soulager les entreprises en leur permettant de trouver elles-mêmes des travailleurs n’importe où, à n’importe quel salaire. À l’inverse, elle peut renforcer les incertitudes qui éloignent les travailleurs du marché du travail. Bien sûr, le gouvernement peut aller dans les pays à faible coût et offrir des visas aux chauffeurs de poids lourds, mais que se passera-t-il après trois mois?

Une meilleure solution temporaire serait de demander aux gens d’économiser du carburant pendant quelques jours en mettant en place des mesures qui réduisent les déplacements non essentiels. Cela donnerait aux compagnies pétrolières le temps et la marge de manœuvre nécessaires pour trier leurs stocks.

Les pénuries de biens et de main-d’œuvre découlant du redémarrage de l’économie après un blocage face à une demande refoulée prendront du temps à se résoudre. Le gouvernement doit réduire les incertitudes liées au Brexit et assurer la fluidité de la circulation des marchandises, mais malheureusement, cela dépend de la même urgence de la part des partenaires européens."

Next Finance 1er octobre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique