IMG
La BEI et AllianzGI soutiennent des projets d'action climatique dans les pays émergents et en développement

La Banque européenne d’investissement (BEI) et Allianz Global Investors (AllianzGI), l’un des principaux gérants actifs au monde, ont lancé aujourd’hui le Emerging Market Climate Action Fund (EMCAF) dans le cadre d’un partenariat entre acteurs publics et privés...

Le fonds a une taille cible de 500 millions d’euros.
Les critères d’investissement sont basés sur la taxonomie de l’Union européenne pour les activités durables.
Il s’agit d’une initiative d’investissement à impact pour l’Afrique, l’Asie, l’Amérique Latine et le Moyen-Orient.

La Banque européenne d’investissement (BEI) et Allianz Global Investors (AllianzGI), l’un des principaux gérants actifs au monde, ont lancé aujourd’hui le Emerging Market Climate Action Fund (EMCAF) dans le cadre d’un partenariat entre acteurs publics et privés avec les gouvernements d’Allemagne et du Luxembourg et le Nordic Development Fund, Allianz Folksam et la BEI étant les investisseurs principaux.

EMCAF investira dans des fonds d’investissement et des projets axés sur le climat dans les marchés émergents et les pays en développement. Le fonds se concentrera sur l’atténuation et l’adaptation au changement climatique ainsi que sur l’accès à l’électricité.

L’EMCAF investit dans des fonds d’investissement spécialisés, qui pourraient soutenir des projets tels que des parcs éoliens terrestres et des centrales solaires photovoltaïques ou des centrales hydroélectriques de petite et moyenne taille. Il pourrait également soutenir des projets d’efficacité énergétique dans le secteur du logement ou de l’industrie, ou des projets présentant des avantages pour l’environnement ou l’efficacité des ressources. Afin d’aider les pays émergents et en développement à s’adapter aux effets du changement climatique, le fonds pourrait également financer des projets qui aident les villes et leurs systèmes de transport public à devenir plus résistants aux inondations ou à la chaleur.

Avec une taille cible de 500 millions d’euros, EMCAF aspire à devenir une initiative phare de l’investissement à impact en Europe, mobilisant des montants substantiels de capitaux privés pour faire naitre des projets à action climatique en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient. Les investissements d’EMCAF devraient permettre de soutenir un montant significatif de nouvelles capacités d’énergies propres dans le monde.

Alok Sharma, Président de la COP26 à Glasgow, déclare: «Alors que les dirigeants du monde entier sont réunis à Glasgow, nous vivons une période charnière pour la planète. C’est pourquoi je me réjouis de voir les efforts conjoints déployés par la Banque européenne d’investissement et le groupe Allianz pour renforcer le soutien aux pays en développement et contribuer à mobiliser des financements verts afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.»

Ambroise Fayolle, Vice-président de la BEI, ajoute: «Le soutien aux projets climatiques dans les pays émergents et en développement est clé pour atteindre les objectifs climatiques de Paris et pour stimuler l’activité économique sur le terrain. En tant que banque climatique de l’Union Européenne, nous avons une longue expérience des instruments financiers innovants qui permettent de mobiliser des capitaux privés à grande échelle. Je suis ravi que nous annoncions aujourd’hui cette nouvelle étape avec le groupe Allianz. Cela envoie un signal important à la conférence COP26 sur le pouvoir des partenariats public-privé pour combler le déficit de financement du climat.»

Tobias Pross, Directeur Général d’AllianzGI, conclut: «La pandémie de COVID-19 a révélé de profondes inégalités. Dans les pays en développement, la crise sanitaire a amplifié le déficit de financement existant nécessaire pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies d’ici 2030. De nombreux investisseurs sont de plus en plus conscients du rôle que leur capital peut et doit jouer pour remédier à ces déséquilibres. L’investissement à impact peut aider à combiner le double objectif de "faire le bien" et de "gagner un rendement" en un seul investissement.»

En tant que conseiller en investissement d’EMCAF, la BEI est responsable de l’analyse du marché, de l’identification et de l’évaluation des investissements, y compris de leurs aspects environnementaux et sociaux. AllianzGI agira en tant que gestionnaire de fonds d’investissement alternatif (AIFM) responsable de la gestion et de la prise de décision du véhicule. EMCAF est conforme à la nouvelle taxonomie de l’UE et est accrédité en tant que véhicule d’aide publique au développement auprès de l’OCDE. Ses investisseurs recevront des rapports d’impact transparents, comprenant des indicateurs de performance clés tels que l’électricité renouvelable produite et les émissions de CO2 évitées.

EMCAF est un instrument à plusieurs niveaux combinant des investisseurs publics et privés. Outre la BEI, Allianz et Folksam, d’autres d’investisseurs se sont déjà engagés à investir dans le fonds: KfW pour le compte du Ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sûreté nucléaire (BMU), la Banque européenne d’investissement pour le compte du gouvernement luxembourgeois, et le Nordic Development Fund (NDF). La BEI a engagé 50 millions d’euros, les entités du groupe Allianz 200 millions d’euros et le groupe Folksam 150 millions d’euros. La BMU a engagé 25 millions d’euros, le NDF et le gouvernement du Luxembourg 15 millions d’euros chacun. En outre, la BEI gère l’investissement dans la tranche junior financée par le gouvernement luxembourgeois par l’intermédiaire de la plateforme de financement climatique Luxembourg-BEI (LCFP).

Next Finance 9 novembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique