IMG
La BCE se met lentement au diapason d'un marché moins accommodant

La BCE a maintenu le cap de sa politique monétaire lors de la réunion du 3 février, tout en avertissant des risques de hausse de l’inflation à court terme. Elle a indiqué que la prochaine réunion en mars serait déterminante, car elle aura alors pleinement évalué la dynamique de l’inflation à moyen terme.

En somme, la BCE considère toujours que l’inflation dépend principalement des contraintes de l’offre et des prix élevés de l’énergie, tandis que les tensions sur le marché du travail ne sont peut-être pas encore assez fortes pour soutenir une inflation importante, même avec un taux de chômage de 7%. Le marché des swaps, quant à lui, anticipe déjà une politique moins accommodante avec au moins deux hausses de taux prévues pour l’année à venir.

Précisément, la déclaration de la BCE était la suivante: " Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d’intérêt directeurs de la BCE resteront à leur niveau actuel ou à un niveau inférieur jusqu’à ce que l’inflation atteigne 2% bien avant la fin de l’horizon de projection et durablement sur le reste de cet horizon. Il juge que les progrès réalisés en matière d’inflation sous-jacente sont suffisamment avancés pour être cohérents avec une stabilisation de l’inflation à 2% à moyen terme ".

Selon une enquête de la Commission européenne réalisée en décembre, certains signes de pénurie sporadique de main-d’œuvre sont perceptibles. Cependant, le marché de l’emploi reste très peu actif, notamment dans le secteur des loisirs, durement touché, et la fin de la Covid-19 n’est pas encore en vue. Avec une croissance des salaires de 2,4% et un taux de chômage de 7%, il semble que ce ne soit qu’une question de temps avant que les entreprises ne commencent à majorer plus agressivement les prix à la consommation en prévision d’une demande résiliente.

La BCE appelle de ses vœux une accélération régulière de la productivité, encouragée par les faibles coûts d’emprunt, tandis que les salaires augmentent à un rythme décent. Pour cela, elle devra éventuellement tempérer la croissance future en resserrant sa politique monétaire. La BCE devrait annoncer, en mars, la fin du programme APP pour la fin de l’année et les premières hausses de taux l’année prochaine, bien plus tard que ne le prévoit le marché. Toutefois, nous pensons qu’avec le temps, la BCE poursuivra son lent virage agressif et rattrapera les attentes du marché des swaps.

Décryptage

Dans un tel environnement, où la BCE rattrape lentement les prix du marché des swaps, il est peu probable que les actions subissent des chocs liés aux taux d’intérêt aussi importants que ceux observés sur le marché américain des actions. Cela est d’autant plus vrai que, dans l’ensemble, elles sont moins chères. Le ratio cours/bénéfices à terme du MSCI EU est de 14,6, alors que son équivalent américain est de 18,2. Les faibles taux d’intérêt devraient continuer à être au cœur de l’innovation et de l’émergence des technologies vertes.La BCE se met lentement au diapason d’un marché moins accommodant.

Sébastien Galy 9 février
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique