IMG
Infarm annonce une levée de fonds de 170 millions $

Durant la pandémie, Infarm a levé 170 millions de dollars pour développer le plus grand réseau de fermes verticales en milieu urbain au monde

Menée par la société d’investissement LGT Lightstone, cette première levée de fonds de Série C de 170 millions de dollars, d’un financement global qui devrait dépasser 200 millions de dollars, prouve l’appétit que suscite l’approche agricole d’Infarm, sur fond de COVID-19, d’incertitude écologique et de fragilité de la chaîne d’approvisionnement.

Cette opération porte le financement total d’Infarm à plus de 300 millions de dollars à ce jour, suite au rythme intense des signatures de nouveaux partenariats l’année dernière avec les géants mondiaux de la grande distribution, dont Albert Heijn (Pays-Bas), Aldi Süd (Allemagne), COOP/Irma (Danemark), Empire Company Ltd (Sobeys, Safeway, Thrifty Foods - Canada), Kaufland (Allemagne), Kinokuniya (Japon), Kroger (États-Unis), Marks & Spencer (RoyaumeUni) et Selfridges (Royaume-Uni).

Selon les prévisions, la superficie des installations agricoles connectées d’Infarm devrait atteindre près de 45 000 m² à fin 2020 pour bondir à plus de 450 000 m² d’ici 2025. Cette injection de capitaux alimentera les investissements en infrastructures, Recherche et Développement et recrutement, pour stimuler la croissance mondiale.

Infarm, le réseau de fermes urbaines à la croissance la plus rapide au monde, annonce aujourd’hui avoir levé 170 millions de dollars de fonds à l’issue de la première opération d’un financement en Série C, qui devrait atteindre 200 millions de dollars. Mené par LGT Lightstone, ce premier tour de table a inclus la participation des investisseurs Hanaco, Bonnier, Haniel et Latitude, avec l’appui des investisseurs historiques d’Infarm, Atomico, TriplePoint Capital, Mons Capital et Astanor Ventures.

Associant financement par fonds propres et financement par l’emprunt, cette injection de capitaux porte le financement total d’Infarm à plus de 300 millions de dollars à ce jour, soulignant l’appétit des consommateurs et des distributeurs que suscite l’approche innovante d’Infarm, qui permet de cultiver des produits frais, durables et locaux, en particulier au lendemain de la pandémie de cette année. D’ici 2025, le réseau de fermes urbaines d’Infarm devrait dépasser les 450 000 m², ce qui le positionnera comme le premier réseau d’agriculture développé dans le monde, pour aider les villes à devenir autosuffisantes en termes de production alimentaire.

Cette levée de fonds va servir à renforcer la présence régionale et locale des fermes Infarm, parachevant le développement de la nouvelle génération de fermes verticales intelligentes d’Infarm, capables, à la fois, de générer l’équivalent, en culture, d’hectares de terres agricoles, mais aussi d’accroître la diversité des produits actuellement disponibles grâce à l’agriculture verticale. Intégrant des technologies agricoles, informatiques et d’ingénierie avancées, ces fermes permettront d’économiser de la main-d’œuvre, des terres, de l’eau, de l’énergie et des kilomètres, tout en contribuant à bâtir un système alimentaire plus durable.

«Dans le monde entier, la pandémie de Covid-19 a mis en lumière l’urgence des enjeux agricoles et écologiques actuels. Chez Infarm, nous estimons qu’il existe des façons plus adaptées et plus saines de nourrir les citadins: il est essentiel d’améliorer l’accès à des produits frais, naturels et durables, cultivés au plus près des populations. Alors que nous comptons atteindre 450 000 m² d’installations agricoles réparties à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie d’ici 2025, cet investissement nous permettra de produire un impact véritablement mondial grâce à notre réseau, tout en préservant des milliers d’hectares de terres et des millions de litres d’eau. À terme, il nous permettra également de modifier la façon dont les gens cultivent, consomment et perçoivent leurs aliments,» déclare Erez Galonska, co-fondateur et Président-directeur général d’Infarm.

Rien qu’au cours des douze derniers mois, Infarm a scellé de nouveaux partenariats avec les plus grandes enseignes de grande distribution à travers le monde, dont Albert Heijn (Pays-Bas), Aldi Süd (Allemagne), COOP/Irma (Danemark), Empire Company Ltd (Sobeys, Safeway, Thrifty Foods - Canada), Kinokuniya (Japon), Kroger (États-Unis), Marks & Spencer (Royaume-Uni) et Selfridges (Royaume-Uni), portant ainsi son expansion commerciale au-delà des frontières allemandes, françaises, luxembourgeoises et suisses vers le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, le Danemark, les Pays-Bas et le Japon.

Implantée dans plus de dix pays et trente villes du monde, Infarm récolte plus de 500 000 plantes par mois (un chiffre qui ne cesse d’augmenter), tout en utilisant 99,5% de surface en moins que l’agriculture conventionnelle, 95% d’eau en moins, 90% de transports en moins et aucun pesticide chimique. Actuellement, 90% de l’électricité consommée par le réseau Infarm provient d’énergies renouvelables. La société se donne pour objectif d’atteindre une production alimentaire zéro émission l’année prochaine.

«Nous sommes ravis de ce partenariat avec l’équipe d’Infarm, dont l’objectif est de donner un coup d’accélérateur à sa vision des fermes verticales en milieu urbain, et à terme de créer un système alimentaire plus durable pour une population en augmentation constante: des aliments plus frais, sains et savoureux, utilisant 95% de terres et d’eau en moins, sans pesticide et demandant 90% de transports en moins. Épaulée par une demande des consommateurs chiffrée à plus d’un milliard de dollars, et par des partenariats avec dix-sept des cinquante premières enseignes de grande distribution mondiales, Infarm est vouée à révolutionner le marché actuel grâce à un modèle économique ‘orienté sur la demande’ unique. Nous sommes impatients de travailler avec Erez, Guy et Osnat pour créer un futur meilleur, plus sain et savoureux,» explique Dharmash Mistry, associé chez LGT Lightstone.

«Nous croyons fermement en l’agriculture verticale, au vu de la disruption rapide -et absolument nécessaire- du modèle agricole conventionnel à laquelle nous assistons aujourd’hui. Nous avons été profondément marqués par les fondateurs et les dirigeants d’Infarm, et convaincus par leur capacité à passer rapidement et efficacement à l’action. L’un des principaux atouts d’Infarm réside dans son approche innovante et modulaire, faisant appel à une technologie de pointe, qui injecte de la valeur ajoutée à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement, bénéficiant à la fois aux distributeurs et aux consommateurs finaux. Sur le marché, nous observons une très forte demande de produits alimentaires durables, sains et respectueux de l’environnement. L’équipe d’Infarm est parfaitement capable d’y apporter une réponse concrète,» ajoute Pasha Romanovski, associé co-fondateur de Hanaco Ventures.

Fondée à Berlin en 2013 par Osnat Michaeli et les frères Erez et Guy Galonska, Infarm s’est donné pour mission de créer un futur où des produits ultra-frais cultivés localement sont disponibles pour tous. Les fermes sont implantées en divers endroits de la ville, tels que des supermarchés, des restaurants ou des centres commerciaux. Ainsi, les légumes poussent au cœur des villes et sont récoltés peu de temps avant leur achat ou leur consommation.

Ces environnements de culture intelligents sont reliés à une «ferme-cerveau» centrale, basée sur le cloud, qui collecte plus de 50 000 points de données tout au long du cycle de vie d’une plante, permettant ainsi à la plateforme d’apprendre, de s’adapter et de s’améliorer en permanence, pour que chaque plante puisse mieux pousser que la précédente. Grâce à son approche connectée et modulaire, fondée sur la data -qui associe Big Data, IoT et analyse des données, associée à une croissance rapide à l’échelle mondiale-, Infarm se démarque de toutes les autres solutions d’agriculture urbaine.

Next Finance 20 septembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique