IMG
Il est désormais difficile d'emprunter à moins de 1,20 % sur 20 ans

La hausse des taux de crédit immobilier se poursuit et s’installe dans la durée. Début mai, ces derniers augmentent en moyenne de 0.10%. Il est désormais difficile d’emprunter à moins de 1,20% sur 20 ans ou à 1,50% sur 25 ans. C’est donc actuellement une course contre la montre pour les acquéreurs qui finalisent leurs dossiers...

La hausse des taux de crédit immobilier se poursuit et s’installe dans la durée. Début mai, ces derniers augmentent en moyenne de 0.10%. Il est désormais difficile d’emprunter à moins de 1,20% sur 20 ans ou à 1,50% sur 25 ans. C’est donc actuellement une course contre la montre pour les acquéreurs qui finalisent leurs dossiers et valident leurs conditions d’emprunt avant que les taux n’augmentent encore. Leur objectif est d’éviter d’avoir à réviser leur capacité d’emprunt ou à augmenter leur apport financier. Certains emprunteurs sont également pénalisés par le taux d’usure (taux maximum que les banques sont autorisées à appliquer lorsqu’elles accordent un emprunt) qui a légèrement baissé pour les prêts dont la durée est supérieure à 20 ans. C’est notamment le cas de ceux dont le taux d’assurance est élevé (seniors, personnes qui déclarent un problème de santé) ou ceux dont le taux d’intérêt se situe dans la fourchette haute.

Autre constat: les banques sont de plus en plus scrupuleuses concernant le bien financé. Outre l’apport personnel et la situation professionnelle de l’emprunteur, elles examinent aussi en détail son prix d’achat au mètre carré et vérifient que ce dernier soit bien cohérent par rapport aux prix moyens du marché. Les établissements bancaires analysent également l’état du bien, son niveau d’isolation et sa consommation énergétique. Ils sont, par exemple, susceptibles de demander des devis sur les travaux de rénovation à réaliser pour évaluer leur part dans le financement global. Ces précautions concernent aussi bien la résidence principale que secondaire ou encore un bien locatif. Pour rappel, des règles strictes ont été imposées concernant la location des passoires énergétiques: les loyers des logements étiquetés G et F (diagnostic de performance énergétique) seront notamment gelés dès le 25 août 2022 sur tout le territoire (hors départements d’Outre-Mer), il sera donc impossible d’augmenter le loyer entre deux locataires. Dès 2025, les logements étiquetés G ne pourront plus être mis en location. Il en sera de même pour les logements notés F dès 2028.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique