IMG
Financement de l'économie réelle : une affluence de nouveaux outils

Muzinich & Co et InfraVia Capital Partners, ont organisé la semaine dernière une conférence sur le thème «Finance pour la Croissance», avec pour objectif de faire le point sur l’évolution des initiatives politiques et des accès au financement pour les petites et moyennes entreprises.

Tant les instances politiques que les professionnels de la finance sont particulièrement attentifs depuis plusieurs années aux problèmes de financement des PME. La loi Pacte a notamment introduit des mesures facilitant et diversifiant les modes opératoires, comme l’a rappelé en préambule de cet événement Emmanuel Moulin, Directeur du Cabinet du Ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

Aujourd’hui une nouvelle tendance émerge: la volonté des institutionnels et des particuliers de participer à cet élan en direction de l’économie réelle, d’où le besoin de nouveaux outils leur permettant un accès facilité à ce type d’investissement. C’est dans cet esprit que l’exécutif vient d’annoncer deux initiatives symptomatiques: banquiers et assureurs français ont promis d’investir 5 milliards d’euros pendant trois ans dans la French Tech avec un accent particulier sur le financement «late stage» des start-ups françaises. Par ailleurs, la Caisse des Dépôts et Euronext ont décidé d’unir leurs efforts en faveur des PME technologiques en lançant un fonds de 100 millions d’euros dédié aux sociétés cotées de ce secteur.

Muzinich et InfraVia participent déjà activement à cette demande accrue de financement des PMEs et des infrastructures. Ces investissements en dette comme en fonds propres s’inscrivent, en outre, avec un nouvel impératif: celui de s’impliquer dans le secteur de l’ESG, tendance de fond que tous les acteurs doivent prendre en considération dans leurs investissements, et ce, pour la plus grande satisfaction des entreprises dorénavant challengées par des principes les hissant vers le haut et favorisant les échanges internes.

L’enjeu du financement des infrastructures est de taille, notamment pour financer la transition énergétique et le développement du digital. Ces deux domaines accompagnent une transformation des modes de vie et de consommation qui nécessitent la création et la modernisation des infrastructures. L’arrivée des fonds d’investissement privés dans ce secteur a permis l’accélération de ces investissements.

«Avant, les investisseurs avaient des préjugés négatifs sur les financements par les marchés. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui, et des progrès ont été réalisés partout en Europe pour accompagner les entreprises dans leur croissance. En outre, la jeune génération est beaucoup plus encline à privilégier l’entrepreneuriat et cela va dans le bon sens», estime Fabrizio Pagani, Global Head of Economics & Capital Markets Strategy chez Muzinich.

«Des sociétés comme la nôtre apportent des fonds propres aux sociétés d’infrastructures. Nous combinons les compétences dans un cercle vertueux où chacun apporte ce qu’il sait le mieux faire et avec rigueur. Ainsi l’Etat, les financeurs, les entreprises et la formation d’ingénieurs se retrouvent dans un écosystème où chacun joue sa partition», ajoute Vincent Levita, Fondateur et PDG d’InfraVia Capital Partners.

Next Finance 2 octobre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique