IMG
En route pour l'inflation des marchandises !

Les prix des biens ont récemment augmenté plus rapidement que ceux des services, pour la première fois en 25 ans. Nous pensons que cette tendance particulière due à la Covid devrait bientôt s’inverser. Quel dommage...

Quel est le lien entre Donald Trump, la pandémie de Covid et William Baumol, un éminent économiste américain décédé en 2017? Tous trois peuvent nous aider à expliquer notre "graphique de la semaine".

Ce graphique montre à quel point les tendances des prix des services et des biens ont été différentes dans l’économie américaine. Depuis le milieu des années 1990, les prix des services ont augmenté rapidement tandis que ceux des biens durables sont restés dans le rouge. Mais cette tendance a récemment connu un changement remarquable: depuis mai 2020, les prix des biens de consommation durables ont à nouveau augmenté. Et plus rapidement que ceux des services. Quelle pourrait en être la cause? On pourrait penser que la politique menée par l’administration Trump visant à ébranler la mondialisation pourrait en être la raison. Mais cette idée peut être réfutée. La position plus stricte du président américain à l’égard de la Chine se manifestait déjà dans les statistiques du commerce bilatéral au début de 2018. À l’époque, les biens importés de Chine, plus chers en raison des droits de douane répressifs, ont fortement diminué en volume - mais leurs prix, eux aussi, ont continué à baisser. Ce n’est que plus tard, pendant le confinement induit par la Covid, que les prix des biens durables ont bondi. La raison en est bien connue. Les théâtres, les concerts et les restaurants ayant été retirés de la liste des loisirs possibles, toutes sortes de produits ont été commandés en ligne et sont devenus rapidement plus rares et plus chers. Malgré cela, les achats ont continué. Les mesures de relance pour les ménages américains ont également aidé.

Nous nous attendons toutefois à un renversement de cette tendance. Les consommateurs semblent satisfaits pour l’instant, et les aides fiscales américaines arrivent à échéance ce mois-ci. Ensuite, le commerce mondial est exposé à une plus grande concurrence que les services qui sont principalement fournis localement. Et troisièmement, la loi de Baumol[1] devrait à nouveau jouer un rôle. Dès 1966, il a réfléchi à la "maladie des coûts "[2] qu’il décrit comme suit: Les progrès de la productivité se concentrent sur les biens qui peuvent facilement être automatisés. L’avantage en termes de coûts se répercute en partie sur les clients et en partie sur la main-d’œuvre (réduite) sous la forme de salaires plus élevés. Mais pour éviter que ces salaires plus élevés n’attirent davantage de travailleurs dans l’industrie et ne laissent d’autres secteurs en sous-effectif, les salaires doivent également augmenter ailleurs, à savoir dans les domaines où la contribution de la main-d’œuvre ne peut être remplacée par des machines - comme l’enseignement, la musique, les massages ou la distribution du courrier.

Le coût relatif de ces services augmente donc par rapport à celui des marchandises produites en plus grande quantité ou à moindre coût.

Or, il existe deux moyens courants pour les consommateurs d’éviter de dépenser plus: réduire la quantité ou la qualité du service lui-même[3]. Mais il existe un troisième moyen, qui, du point de vue de la durabilité, est plus souhaitable: augmenter le prix des biens. Par exemple, en imposant des taxes plus élevées sur les produits à forte intensité de CO2 et de ressources. À notre avis, la Banque centrale européenne (BCE) n’aura aucune objection à ce type d’inflation, car elle devrait être bénéfique pour l’empreinte CO2 de la zone euro. En revanche, la Réserve fédérale américaine (la Fed) pourrait être plus inquiète.

Johannes Müller 13 septembre
Notes

[1] Baumol, William J.; Bowen, William G. (1966). Performing Arts, The Economic Dilemma: a study of problems common to theater, opera, music, and dance. Cambridge, Mass.: M.I.T. Press.

[2] Étant donné la complexité du sujet, surtout si l’on y ajoute le commerce international, cette théorie ne couvre qu’une partie du sujet pour lequel de nombreux autres modèles théoriques tournent autour.

[3] Par exemple, au lieu de prendre une leçon de guitare d’une heure avec un maestro, vous pourriez prendre 45 minutes ou choisir un professeur moins accompli.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique