IMG
Comment les hedge funds réévaluent le thème de la 'reflation' avec les matières premières ?

Lors de la seconde phase du rebond des matières premières, à la suite de l’annonce du lancement des vaccins, les cours se sont adjugés plus de 30%, mais de manière plutôt hétérogène: les matières premières cycliques ont surperformé les métaux précieux et les produits agricoles.

D’autre part, la dispersion au sein de chaque catégorie de matières premières a atteint d’importants niveaux, tandis que les corrélations individuelles demeuraient modestes. Une différenciation nette s’est opérée entre les matières premières en fonction de la situation au niveau de l’offre, des moteurs de leur usage final et de la dynamique des flux du marché.

Cependant, depuis juin, la classe d’actifs connaît des turbulences. Outre des prises de bénéfices, l’affaiblissement des cours des matières premières reflète les doutes des investisseurs quant au thème de la ’Reflation’. Ces doutes sont nés devant les signes de plateau atteint par l’économie chinoise; premier sorti de la pandémie, le plus gros importateur mondial de matières premières voit aujourd’hui sa dynamique de croissance s’essouffler. Les mesures restrictives ciblées adoptées par les autorités chinoises pour tenter de lutter contre les déséquilibres structurels ont également mis un frein à l’activité. De plus, les perturbations des chaînes d’approvisionnement et les pénuries de puces ont ralenti certains secteurs, en particulier la construction automobile, grande consommatrice de matières premières. La moindre visibilité sur les projets de dépenses américains, altérés au fil du processus politique, a par ailleurs fait obstacle aux matières premières les plus exposées aux infrastructures. Le durcissement de ton lors de la réunion de la Fed en juin, qui a reconnu le niveau élevé de la croissance et de l’inflation à court terme aux États-Unis, a en outre poussé les marchés à avancer leurs anticipations de «tapering», ce qui a réduit l’appétit pour les actifs risqués. Parallèlement, la demande en couvertures contre l’inflation a été érodée par la conviction de la Fed et des marchés quant à la normalisation de l’inflation à plus long terme. Le billet vert s’est envolé après la réunion de la Fed préjudiciables aux actifs libellés en dollars. Et enfin, les mesures des autorités chinoises pour endiguer la hausse des prix des matières premières qui réduit les marges des entreprises et le pouvoir d’achat des consommateurs ont également pesé sur la classe d’actifs.

Selon nous, ces turbulences ne devraient pas durer. Il se peut qu’elles tempèrent le rebond des matières premières, mais elles pourraient par ailleurs le prolonger. Les stocks de métaux stratégiques que la Chine prévoit de mettre sur le marché devront être reconstitués un jour ou l’autre. Par ailleurs, la Chine n’est pas le seul moteur structurel du marché des matières premières: la décarbonisation, l’essor des véhicules électriques, les dépenses d’infrastructures et l’envolée de l’immobilier, entre autres, devraient particulièrement soutenir les métaux de base. De plus, l’élasticité de la demande par rapport au prix pourrait devenir plus favorable. Et la trajectoire incertaine de l’inflation, avec notamment une grande inconnue quant aux dépenses budgétaires américaines, continuera d’alimenter la recherche de protection contre la hausse des prix.

Les hedge funds ne réévaluent pas le thème de la ’Reflation’ de manière identique, vu par le prisme de leurs expositions aux matières premières. Les stratégies CTA, plus durement touchées par l’affaiblissement des prix des matières premières, ont peu modifié leur exposition sur cette classe d’actif, mais augmentent le poids des positions sur futures énergie. Les gérants Global Macro ont neutralisé leur exposition aux matières premières et privilégient les indices d’actions pour exprimer leur biais cyclique. Les gérants L/S Equity aux Etats Unis comme en Europe ont également neutralisé leur exposition aux actions sensibles aux matières premières en juin. Toutefois, ils rachètent les titres matériaux de base après la baisse, financés par des sorties sur le secteur industriel. Leur allocation aux matières premières reste malgré tout modeste, d’autant que les gérants réduisent leur exposition nette globale et repondèrent les valeurs croissance et défensives. Dans l’ensemble, les gérants L/S HY Credit américains n’ont pas substantiellement modifié leur exposition aux matières premières, tout en privilégiant le secteur de l’énergie.

En résumé, les hedge funds ne semblent pas abandonner le thème de la ’Reflation’, mais ils allègent leurs expositions avant l’été, tout en se préparant à des conditions de marché plus délicates au 3e trimestre.

Lyxor Research 5 juillet
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique