IMG
Comment les FinTech accélèrent la Transformation Digitale des banques ?

Avec l’arrivée de la nouvelle législation DSP2 donnant la possibilité d’identifier plusieurs acteurs bancaires, les géants de la tech se sont lancés dans la finance en grignotant de plus en plus de parts de marché aux banques. Celles-ci se doivent de réagir...

Avec l’arrivée de la nouvelle législation DSP2 donnant la possibilité d’identifier plusieurs acteurs bancaires, les géants de la tech se sont lancés dans la finance en grignotant de plus en plus de parts de marché aux banques. De nouvelles cryptomonnaies voient le jour. Une utilisation totalement maîtrisée des données offre la possibilité à ces géants d’avoir le monopole sur la chaîne de valeur d’un produit ou d’un service. Afin d’éviter cela, les banques doivent réagir et proposer des solutions qui répondent aux besoins changeants des consommateurs. Des expériences simplifiées, sur-mesure, rapides et en toute sécurité. C’est ce que proposent de nombreuses startups spécialisées dans le secteur bancaire: les FinTech.

La collaboration entre les Banques et les FinTech offre de nombreuses trajectoires stratégiques possibles. Comme toute crise, la crise sanitaire que nous connaissons depuis 2020 a complètement bouleversé la vie des gens mais aussi celle des entreprises. Un besoin de digitalisation s’est accentué pour permettre aux institutions de travailler à distance et de continuer à offrir leurs services de manière entièrement sécurisée. D’après l’étude PwC FinTech 2.0, 82% des établissements bancaires prévoient de renforcer leurs partenariats avec les FinTech d’ici cinq ans. Mais alors, pourquoi?

«Lorsque deux forces sont jointes, leur efficacité est double» Isaac Newton

En s’associant à des partenaires solides, les banques peuvent entamer et accélérer leur transformation digitale de manière plus sereine et rapide en étant à la pointe de la technologie. On peut distinguer trois grands leviers d’accélération de la transformation digitale des banques en collaborant avec les FinTech.

L’utilisation des services proposés En utilisant les services proposés, les FinTech peuvent également permettre et accélérer la transformation organisationnelle des banques par exemple. En proposant des solutions digitales qui facilitent l’accès à un produit proposé par la banque, son parcours utilisateur est transformé et amélioré.

En passant d’étapes originellement réalisées sous format papier à un outil digital, l’expérience est désormais plus fluide et plus sécurisée. Les dossiers papiers ne se perdent pas et les produits peuvent être vendus avec plus de rapidité.

Véritables leviers de croissance, les FinTech permettent aux banques de repenser leur parcours utilisateur, de l’optimiser et de répondre aux besoins des clients qui ont, eux aussi, changé et notamment pendant la crise sanitaire que nous avons connu et ses confinements.

La création de nouveaux modèles économiques

Les banques peuvent revendre leurs actifs numériques (ASSET) aux start-ups. Dans cette configuration, la banque devient alors un prestataire de service pour les FinTech. Les jeunes pousses disposent alors de méthodologies solides qui leur permettent de gagner du temps précieux et de faciliter l’accès à leurs produits de manière concrète.

Cette approche change complètement le modèle économique initial qui se transforme en BtoBtoC et donne un nouveau souffle au secteur bancaire. Ces collaborations sont les prémisses d’un nouveau modèle économique, celui des banques de demain. Les banques doivent se transformer pour rester compétitives et répondre aux besoins des utilisateurs.

Les FinTech permettent aux banques de proposer et d’acquérir une expertise dans un domaine très rapidement sans avoir à développer une solution en interne. Véritable passerelle vers une transformation digitale réussie, elles sont alors incontournables. De plus, elles permettent aux banques de s’ouvrir à de nouveaux modèles économiques et de créer des opportunités.

L’open Banking

La transformation digitale des banques implique également un changement de modèle économique. En se positionnant comme de véritables Marketplace, les banques peuvent proposer les services des FinTech tout en gardant une certaine agilité sur la sélection des produits à proposer. Pour ce troisième levier, l’idée est de constituer une plateforme associant les produits historiques des banques mais également ceux des FinTech ayant le même marché qu’elles. Elles offrent alors une expérience unique à leurs clients en leur proposant des services toujours plus innovants et qui répondent au mieux à leurs besoins. La banque a donc la liberté de proposer des services de FinTech partenaires ou bien qu’elle aurait pu acquérir.

Nous pouvons comparer l’écosystème des FinTech à un véritable ensemble d’applications disponibles, un peu comme s’il s’agissait d’un modèle géant et tourné vers le B2B de celui que nous connaissons tous et que nous avons dans notre poche. Celui des plateformes géantes mettant à disposition des applications. Tout compte fait, le phénomène n’est pas nouveau dans notre vie quotidienne mais il commence à venir impacter et transformer le monde professionnel.

Les pièges de l’acquisition?

Une autre stratégie consiste à acquérir une FinTech et à l’intégrer à la banque. Cependant, des pièges existent et sont à éviter. Tout d’abord, les marchés de la banque et de la FinTech doivent correspondre. Ensuite, la banque doit laisser une certaine autonomie à la FinTech pour ne pas perdre en agilité. Ces acquisitions doivent être supportées par les dirigeants des banques eux-mêmes convaincus.

On note parfois, que les grands groupes souhaitent acquérir une startup dans le but de limiter leur impact sur le marché sur lequel est présent la banque. L’objectif étant pour les banques d’éliminer de potentiels futurs concurrents qui deviendraient trop puissants à l’avenir. Rien ne garantit alors qu’un autre acteur le devienne et que cette acquisition ne fasse que repousser l’échéance essentielle: celle du changement.

Il est possible de transposer ces pratiques dans le nombre de secteurs d’activité que nous connaissons, la transformation digitale est partout et se présente, s’affirme comme un virage essentiel pour rester compétitif et visible, mais aussi pour transformer nos organisations et nos méthodes de transmissions et d’apprentissage.

Romain Masson 6 octobre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique