IMG
Comment les États-Unis pourraient donner un coup de pouce à l'investissement durable

La nouvelle administration américaine pourrait changer fondamentalement l’investissement durable, avec des répercussions profondes dépassant largement les frontières des États-Unis.

«Ce qui est très important pour nous, c’est que la lutte contre le changement climatique fait à nouveau l’objet de discussions sérieuses au sein des sphères dirigeantes de Washington. Ce seul fait marque un changement fondamental dont les conséquences potentielles vont bien au-delà des États-Unis», déclare Petra Pflaum, Responsable de l’Investissement Durable pour DWS

Le financement de projets respectueux de l’environnement illustre bien la façon dont la question du développement durable prend du poids aux États-Unis. Cela est très bien démontré par le segment des titres de créance municipaux émis par les États et les collectivités locales des États-Unis. Selon Ashton Goodfield, responsable des obligations municipales chez DWS, les municipalités sont responsables de la construction et de l’entretien d’environ 75% des infrastructures du pays. Une grande partie de ces infrastructures est financée par des obligations municipales traditionnelles, qui sont exonérées d’impôts pour les investisseurs américains.

Les réflexions sur le changement climatique alimentent les processus d’élaboration des politiques

L’essentiel du message de la Maison-Blanche est que le gouvernement américain est de nouveau présent et apparemment prêt à intervenir massivement, d’une manière qu’il aurait été difficile d’imaginer au cours des dernières décennies. En outre, pour la première fois depuis longtemps, les dernières découvertes scientifiques sur le changement climatique seront au moins intégrées dans un large éventail de processus de décision politique.

Un impact positif sur les économies émergentes

«Les États-Unis seront de retour à la table de la coopération multilatérale», déclare Nicolas Schlotthauer, responsable de la dette émergente chez DWS. «C’est crucial à bien des égards, par exemple les sujets environnementaux, mais aussi les accords commerciaux. Dans l’ensemble, un "agenda vert" pourrait également aider de nombreux pays émergents, notamment les pays africains, via la disponibilité potentielle d’un soutien financier supplémentaire par le biais d’institutions financières multilatérales telles que la Banque mondiale et les banques régionales de développement.»

La stimulation positive de la croissance par les plans de relance américains est également susceptible de profiter à de nombreuses économies émergentes en soutenant la croissance des exportations et les prix des matières premières telles que les métaux de base. Selon l’évaluation de DWS, cela aiderait particulièrement les émetteurs d’obligations souveraines d’Afrique et d’Amérique latine. Dans des pays comme le Mexique et certaines parties de l’Amérique centrale, il pourrait également y avoir un soutien plus direct des États-Unis pour certains projets de politique sociale et environnementale.

Nouvel instrument de DWS sur la prévision des risques liés à la transition climatique

Avec un soutien suffisant du Congrès, les États-Unis pourraient très rapidement faire de grands progrès dans l’action climatique. «Un outil pratique que nous utilisons pour surveiller et, dans une certaine mesure, anticiper les risques liés à la transition climatique au niveau national est notre évaluation souveraine des risques liés à la transition climatique (CTRR)», explique Petra Pflaum.

DWS s’appuie sur différents fournisseurs de données pour mesurer le risque posé par le changement climatique et les émissions de carbone. Il calcule ensuite le statut climatique actuel d’un pays comme base de référence et le corrige par une composante de richesse de résilience. «De cette façon, nous visons à prendre en compte non seulement les risques actuels et les politiques en place, mais aussi la richesse d’un pays, y compris le capital humain et la qualité de ses institutions qui peuvent contribuer à la mise en œuvre des politiques nécessaires», ajoute Petra Pflaum.

Next Finance 18 mars

Voir en ligne : From "fad" to fact

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique