IMG
Bénéfices et cours des actions : quel est le plus important ?

Les craintes de récession se manifestent de toute part, à l’exception des prévisions de bénéfices des analystes. Est-ce une raison d’être optimiste? Nous ne le pensons pas. L’analyse de Thomas Bucher, stratégiste actions chez DWS...

Les craintes de récession secouent les marchés financiers. Les actions ont sombré dans un marché baissier[1]; le marché des crypto-monnaies a chuté de 75% par rapport à son pic; les primes de risque sur les obligations d’entreprise plus risquées[2] ont à peu près doublé par rapport à la mi-2021; le soi-disant Dr Copper, le métal expert en prévisions économiques, a chuté de près de 30% depuis la fin du premier trimestre; et le dollar américain, souvent considéré comme la monnaie refuge en période d’incertitude, a gagné 12%[3] rien que cette année.

Et pourtant, certains restent de marbre. Les estimations de bénéfices des analystes boursiers pour les douze mois à venir demeurent pratiquement inchangées[4]. Comme le montre notre graphique de la semaine, cela conduit à un écart croissant entre les prévisions de bénéfices et le cours des actions.

Comme le montre également le graphique, les deux tendances se rejoignent généralement à un moment donné. Cela n’est pas surprenant, car il n’y a essentiellement que trois facteurs qui déterminent le prix des actions: les bénéfices, la croissance des bénéfices et l’environnement des taux d’intérêt. Il faudrait que l’évolution soit très optimiste pour que les cours et les estimations de bénéfices convergent à nouveau à la hausse.

Sur le long terme, les cours des actions et les bénéfices sont bien alignés - sans surprise.

JPEG - 25.5 ko
Source: Bloomberg Finance L.P., DWS investment GmbH au 06/07/22

Thomas Bucher, stratégiste actions chez DWS, craint que ce soit plutôt le contraire qui se produise: «En raison de la chute des prix sur les marchés, les valorisations ont fortement diminué, du moins sur le papier. Mais lorsque les révisions de bénéfices entreront en vigueur, les ratios cours/bénéfices augmenteront à nouveau (en raison de la baisse des bénéfices). Plus important encore, il est peu probable que les marchés se redressent avant que les révisions des bénéfices ne cessent. Nous-mêmes, dans notre scénario de base pour les pays industrialisés, nous ne prévoyons aucune croissance des bénéfices pour l’année à venir.»

L’une des raisons de l’optimisme apparent des analystes est probablement qu’ils ont tendance à s’en tenir aux prévisions des entreprises. Mais les entreprises anticipent rarement les tournants économiques. La forte hausse des prix de l’énergie devrait être une autre raison des déclassements dans la plupart des secteurs, mais pas tous. Pour le secteur de l’énergie lui-même, au niveau mondial, il y a eu une augmentation de 40% des estimations de bénéfices de 2022 au cours du premier semestre de l’année. Le secteur des matériaux a lui aussi enregistré une hausse de plus de 10%[5]. Ces secteurs, ainsi que les secteurs de l’industrie et de l’informatique, font partie des quatre secteurs dont les révisions de bénéfices sont positives. Mais la plupart des entreprises vont être pénalisées par la hausse du prix de l’énergie. Et pourtant, dans les sept secteurs restants, les ajustements défavorables sont jusqu’à présent minimes. Il serait surprenant qu’il n’y ait pas d’importantes révisions à la baisse dans les mois à venir.

Thomas Bucher 11 juillet
Notes

[1] L’indice MSCI AC World a perdu plus de 20% depuis son sommet.

[2] En Europe et aux États-Unis - indice EUR HY OAS et indice US HY OAS

[3] Indice du dollar DXY

[4] Les estimations pour 2022 pour le MSCI AC World sont même en hausse de 1,1% cette année.

[5] Source: Bloomberg Finance L.P.; en date du 7/5/22

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique