IMG
Avancer doucement vers une politique plus souple

L’activité économique en Europe a positivement surpris ces derniers mois, nous incitant à réviser à la hausse nos prévisions de croissance du PIB pour la Suisse et le Royaume-Uni cette année. Nous anticipons une expansion en Europe au cours des prochains trimestres, bien que son rythme reste probablement modeste.

À l’inverse, les données américaines indiquent un ralentissement de la croissance économique, bien qu’elle reste à des niveaux élevés. À l’avenir, nous prévoyons une légère faiblesse supplémentaire. L’inflation a continué de diminuer, avec quelques soubresauts en cours de route, permettant aux banques centrales européennes de commencer à assouplir leur politique. Bien qu’il reste encore de l’assouplissement à venir, le rythme sera probablement lent, en raison de la persistance de l’inflation sous-jacente. La Fed aura probablement besoin de plus de temps avant d’agir, et nous prévoyons désormais une seule réduction de taux cette année, probablement après les élections américaines. L’économie chinoise continue d’être tirée dans différentes directions, avec le secteur extérieur et les investissements manufacturiers stimulant la croissance, tandis que le secteur immobilier la freine. Néanmoins, la politique est déjà devenue plus favorable et des réformes structurelles supplémentaires devraient être annoncées lors du Troisième Plénum de juillet.

Avec les banques centrales assouplissant progressivement leur politique dans les mois à venir, les rendements obligataires devraient encore légèrement baisser. Nous prévoyons que les rendements des bons du Trésor américain reculeront à environ 4,20% et que les rendements des Bunds se rapprocheront de 2% d’ici la fin de l’année. Nous maintenons notre préférence pour les maturités intermédiaires et restons neutres sur le crédit, tant dans les marchés développés qu’émergents. Concernant les devises, le dollar ne devrait s’affaiblir que très progressivement et nous nous attendons à ce que sa dynamique devienne plus volatile à l’approche des élections américaines. Le franc suisse devrait connaître une faiblesse à court terme si la BNS réduit son taux directeur la semaine prochaine comme nous le prévoyons, mais nous restons optimistes à plus long terme. Nous maintenons notre position prudemment constructive sur les actions, avec une légère hausse attendue d’ici la fin de l’année, mais nous avons retiré certaines des positions plus pro-cycliques parmi nos préférences régionales et sectorielles.

Karsten Junius 17 juin
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique