IMG
Agir pour le climat quand il est encore temps

Comment faire pour limiter la trajectoire de réchauffement climatique à 1,5 degrés alors que tout s’emballe? Comment faire pour que les vœux des Etats deviennent des actions, et que la COP26 soit finalement un succès? Comment impliquer les autres acteurs, notamment les entreprises et les consommateurs? L’analyse de Pierre Valentin, Président du Directoire Ecofi...

Une urgence indéniable

Incendies, tempêtes, inondations… Le changement climatique est le principal responsable du doublement des catastrophes naturelles dans le monde depuis vingt ans.

Ainsi, les glaces de l’Antarctique fondent 6 fois plus vite qu’il y a une quarantaine d’années et les records de température se multiplient. Autres chiffres marquants: le GIEC estime que l’humanité consomme en 6 mois l’intégralité des ressources que la planète est capable de produire en un an; Swiss RE a annoncé quant à lui une facture liée aux catastrophes naturelles évaluée à 105 milliards de dollars en 2021, en hausse de 17% par rapport à l’année précédente, et indique que la tendance va dans le sens d’une augmentation de 5 % à 6 % par an des pertes pour les assureurs.

Alors comment faire pour limiter la trajectoire de réchauffement climatique à 1,5 degrés alors que tout s’emballe? Comment faire pour que les vœux des Etats deviennent des actions, et que la COP26 soit finalement un succès? Comment impliquer les autres acteurs, notamment les entreprises et les consommateurs?

La finance comme levier d’action

Chez Ecofi, nous sommes convaincus que la finance est un puissant levier d’action. Engagés de longue date dans l’Investissement socialement responsable (ISR) et la finance solidaire, notre raison d’être, qui pilote notre statut d’entreprise à mission, affirme notre volonté de «concilier performance financière et respect de l’Homme et de la Planète.»

Ainsi, pour nous, réaliser de la performance à long terme, c’est trouver des entreprises capables de répondre aux défis environnementaux de demain. Cela suppose de faire face à l’épuisement des ressources, de gérer les nouvelles réglementations gouvernementales. Ces exigences sont renforcées par les attentes des citoyens, devenus «consom’acteurs». Il s’agit ainsi d’éviter les actifs échoués, et d’investir dans les entreprises innovantes sur les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Une démarche engagée et évolutive

Une approche pragmatique implique une adaptation de notre politique climat aux défis environnementaux. Ainsi, nous avons renforcé notre politique climat début 2022 à travers 3 décisions structurantes:

  • après l’exclusion du charbon, nous avons décidé de sortir progressivement des énergies fossiles avec, dès maintenant, la sortie totale des énergies fossiles non conventionnelles[1] et des entreprises dont l’activité est majoritairement axée sur l’extraction, la production et le raffinage/transport de pétrole;
  • l’intensité carbone est désormais intégrée dans les objectifs de gestion de notre processus IMPACT ISR - scopes 1, 2 et 3 bien entendu! - pour faire en sorte qu’elle soit inférieure à celle de l’univers d’investissement;
  • Epargne Ethique Actions, Sicav actions zone Euro, éligible au PEA et labellisée ISR, s’est transformée en Sicav alignée sur le Scénario de Développement Durable (SDS 1,5°C) de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) d’ici 2050.

Interpeller les entreprises pour faire bouger les lignes

Nous appuyons cette politique par un engagement actionnarial fort par le vote et le dialogue sur les enjeux de transition écologique et énergétique. Des exemples?

Ecofi encourage les sociétés à soumettre au vote des actionnaires une résolution sur leur stratégie climat. Concernant le dialogue, nous avons dialogué de manière individuelle avec ANSYS ou Corbion concernant plusieurs enjeux ESG comme l’impact environnemental des produits, les émissions de gaz à effet de serre, l’alignement avec la Taxonomie verte…

De manière collective Ecofi a soutenu le dialogue «EV100» coordonné par l’ONG anglaise Share Action, qui a pour objectif d’accompagner les sociétés à réduire les émissions de gaz à effet de serre, électrifier les transports et à accélérer la mise en place d’une économie propre. A travers cette initiative, Ecofi a contacté 11 entreprises investies: Allianz, AXA, Carrefour, Continental, Danone, Deutsche Telekom, Engie, Orange, Sanofi, SAP, Veolia.

Les fonds thématiques pour agir avec ses placements

Notre gamme de fonds ouverts, 100% ISR[2], répond à ces enjeux. Pour investir dans la transition écologique et énergétique, nous mettons en avant notre fonds Ecofi Agir pour le Climat qui investit dans les éco-activités et les obligations vertes. C’est le seul fonds de la Place à avoir les 3 labels français: ISR, GreenFin (vert) et Finansol (solidaire).

Soucieux d’une transition juste, qui prend en compte les impacts sociaux, d’autres fonds d’Ecofi agissent pour l’Homme et la Planète, avec des thématiques plus larges, comme la santé, la gestion des ressources ou l’éducation. Il s’agit d’Ecofi Enjeux Futurs, de Ecofi Trajectoires Durables et de Ecofi Convictions Monde.

Pierre Valentin 25 mars
Notes

[1] Sables bitumineux / schiste argileux, forage en Arctique, offshore très profond, méthane de houille / gaz de houille, hydrates de méthane, pétrole / gaz par fracturation hydraulique

[2] 100% ISR selon la méthodologie d’ECOFI (hors certains fonds indexés et fonds à gestion déléguée). 9 OPC ont aussi obtenu le Label ISR d’Etat.

Lire aussi
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique