IMG
Une semaine à hauts risques avec le commerce, le G7 et l'Allemagne

Il a fallu un week-end au président américain pour revenir sur ses menaces et annoncer que la Chine souhaitait se remettre à la table des négociations, afin de régler leurs différents commerciaux avec les États-Unis par le dialogue. Or les représentants du parti démentent cette version et précisent qu’il n’y a eu aucun échange en ce sens durant le week-end.

Il semblerait que Donald Trump soit une nouvelle fois revenu de lui-même sur son annonce, qui avait conduit à une forte chute des marchés vendredi. En effet, alors que la Chine a choisi de divulguer ses mesures de rétorsion à 2h du discours de Jerome Powell, dans le cadre du symposium de Jackson Hole, le président américain s’en prenait violemment au président de la réserve fédérale en suggérant qu’il était peut-être le plus grand ennemi des États-Unis derrière «son ami» Xi Jinping?

Après ces critiques dirigées contre l’homme qu’il a lui-même nommé, Donald Trump a menacé d’augmenter les droits de douane à compter du 1er septembre mais surtout, il appelait les entreprises américaines à quitter la Chine et revenir sur le sol américain. La force des États-Unis est d’être la plus grande société de consommation au monde mais la Chine devrait dépasser la première puissance mondiale d’ici quelques années et «si les entreprises américaines souhaitent se passer de la consommation chinoise, d’autres entreprises prendront leur place» précisait le vice premier ministre chinois.

D’ici le 1er septembre, date à laquelle les droits de douane pourraient augmenter en Chine comme aux États-Unis, nous devrions avoir le même type de communication et de probables retours en arrière, pour peut-être, finalement avoir un report de la mise en place des nouvelles sanctions commerciales et de nouvelles «discussions constructives» entre les deux chefs d’États…

À noter que la date du 1er septembre n’est pas choisie par hasard. En effet, la Chine doit publier son PMI manufacturier pour le mois d’août, toujours attendu en contraction, ce qui pourrait donner l’occasion à Donald Trump de mettre en valeur l’impact de la guerre commerciale sur l’économie chinoise.

Par ailleurs les investisseurs devraient se tourner vers le sommet du G7 qui se clôture aujourd’hui à Biarritz en France. Pour mémoire, lors des deux précédents G7, le président américain avait d’abord retiré les USA des accords de Paris sur le climat, puis refusé de signer le communiqué de fin de sommet.

De nombreux sujets brulants seront encore évoqués ce lundi, ce qui pourrait amener de fortes réactions à l’issue de ce sommet. Parmi eux, les accords commerciaux, l’Iran, le climat, la taxes GAFA et les possibles mesures de rétorsions US.

Ce dernier point pourrait conduire Donald Trump à intensifier la guerre commerciale avec la France puis l’UE. Le président a menacé récemment d’appliquer une taxe, allant jusqu’à 100%, sur les vins français en cas de mise en place de la Taxe GAFA.

Au-delà de ces grands rendez-vous, nous resterons particulièrement attentifs à la situation en Allemagne suite à une nouvelle déception sur les indices IFO ce matin et dans l’attente de la publication du chiffre définitif du PIB pour le T2 demain, qui pourrait de nouveau être négatif.

Vincent Boy 27 août
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique