IMG
Taux de crédits immobiliers : Records pulvérisés !

Après quelques semaines où les barèmes des banques sont restés quasi inchangés, les grilles tarifaires reçues fin février et début mars font état de baisses assez franches, comprises entre 0,05% et 0,15% selon les établissements.

Baisse généralisée

Après quelques semaines où les barèmes des banques sont restés quasi inchangés, les grilles tarifaires reçues fin février et début mars font état de baisses assez franches, comprises entre 0,05% et 0,15% selon les établissements. «C’est une excellente nouvelle pour les emprunteurs car cela confirme au-delà du mouvement baissier une vraie volonté des banques de capitaliser sur ce bon début d’année.» explique Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com «c’est en effet très intéressant car c’est la première fois depuis quelques mois qu’au-delà des décotes remontées du terrain, les taux affichés dans les barèmes sont également en baisse»

Nous observons donc des taux moyens à 1,35% sur 15 ans, 1,55% sur 20 ans et 1,75% sur 25 ans.

Pour la première fois, les taux affichés battent les records d’octobre 2016 et notamment sur la durée 25 ans, durée phare pour les primo-accédants notamment. Les taux affichés sont donc en baisse dans une très grande majorité des établissements bancaires et qui plus est les banques décotent toujours fortement et ce quel que soit le projet.

Des taux directeurs qui se stabilisent à des niveaux très bas

Depuis début février, les taux directeurs après une longue période de stabilité à 0,70%/0,80% ont baissé et se sont stabilisés à nouveau à un niveau particulièrement bas, autour de 0,50%. «Ce niveau pour les taux directeurs est une belle opportunité car cela permet aux banques de baisser les barèmes sans rogner les marges et c’est sans aucun doute ce qui se passe depuis fin février» explique Maël Bernier.

Evolutions à venir?

«Des taux bas et qui vont le rester, voici en termes très simples ce que nous attendons dans les semaines qui viennent et au moins jusqu’à l’été» résume Maël Bernier. «Nous anticipions déjà depuis de nombreux mois un maintien des taux très bas pour l’année 2019 et la baisse récente des OAT est un argument supplémentaire en faveur de cette prévision» ajoute-t-elle.

Next Finance 7 mars
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique