IMG
Quels facteurs influenceront le plus les marchés crédit cette année ?

Quels sont les principaux éléments qui risquent d’affecter les prévisions pour les marchés des obligations d’entreprise européens en 2017? Stephen Thariyan, Directeur du crédit d’Henderson Global Investors, examine les différents facteurs susceptibles d’influencer l’évolution des marchés cette année...

Quels sont les principaux éléments qui risquent d’affecter les prévisions pour les marchés des obligations d’entreprise européens en 2017? Stephen Thariyan, Directeur du crédit d’Henderson Global Investors, examine les différents facteurs susceptibles d’influencer l’évolution des marchés cette année parmi lesquels la durabilité de la reprise liée à la nomination de Trump, les prévisions d’inflation, l’amélioration pour les banques, les émissions et les développements liés au Brexit.

La performance au dernier trimestre 2016 a été mitigée. Les marchés ’investment grade’ ont principalement souffert à cause de la duration aux Etats-Unis, en Europe et au Royaume-Uni, les données relatives à la croissance ayant été solides et les prévisions d’inflation ayant été revues à la hausse. L’élection de Donald Trump a accéléré les choses et a généré, sur la courbe des rendements, un mouvement que nous n’avions pas vu depuis plusieurs années.

Sur le marché ’high yield’, les données qui ont entrainé des prévisions de hausse de la croissance et du marché des actions, ont également entrainé une hausse des rendements. Cela a notamment été le cas aux États-Unis où le cours du pétrole s’est stabilisé et les inquiétudes au sujet de la baisse du cours du pétrole ont disparu. La performance des obligations ’investment grade’ a donc été plus faible, avec des rendements totaux négatifs, alors que le ’high yield’ a évolué de façon inverse.

L’effet Trump, mais pas seulement

La poursuite de la reprise liée à la nomination de Trump dépendra de la mise en place effective des politiques. Une chose est sûre, c’est que le mouvement auquel nous avons assisté sur la courbe des taux a rendu la situation bien meilleure pour les banques dont les bénéfices se sont dans l’ensemble améliorés.

L’environnement commercial est plus favorable pour les obligations ce qui a permis aux banques de générer des rendements solides.

Par ailleurs, l’impact des prévisions d’inflation sur le crédit se fait ressentir sur différents marchés. Nous nous attendons à ce que l’inflation augmente, mais la rapidité et l’ampleur de cette hausse sont incertaines. La croissance devrait avoir une incidence sur le crédit, ce qui à terme aura un effet positif mais cela dépendra également de la rapidité à laquelle les banques centrales réagiront face aux événements.

En termes d’émission, la situation est mitigée et je dirais qu’il n’y a pas de véritable consensus sur ce qui adviendra en termes d’émission nette sur les marchés en Livre sterling, en dollars et en Euros.

Parmi les facteurs qui influenceront les prévisions sur les marchés du Crédit, tout reposera en fin de compte sur la valeur, les prévisions d’évolution de la courbe et la qualité du crédit.

Perspectives pour le Crédit Européen

Nous avons assisté à un mouvement de la courbe des taux en Europe basée sur l’évolution de la situation politique inspirée par Trump et en dehors des États-Unis. Le solide programme d’achats de la BCE s’est également légèrement affaibli et nous nous attendons à ce qu’un ’tapering’ soit mis en place vers la fin de l’année. Le ’tapering’ apporte traditionnellement avec lui des inquiétudes en termes de direction future des marchés. Nous avons assisté, il y a à peine trois ans, à l’épisode de ’taper tantrum’ aux États-Unis qui a conduit à d’importantes cessions.

En termes de valeur, qu’est-ce que l’Europe peut offrir par rapport aux marchés en Livre sterling et américains? Le marché a enregistré un bon début d’année en Europe, aucun changement dramatique n’a été noté et la situation devrait continuer d’évoluer sur cette voie et la qualité du crédit devrait rester relativement solide.

Le seul problème, avec le marché ’investment grade’ européen, est qu’il n’offre pas, à l’heure actuelle, une valeur importante comparé aux autres marchés.

Parallèlement, les sociétés en Livre sterling ont enregistré de bons résultats, grâce au programme d’assouplissement quantitatif de la Banque d’Angleterre d’une part et d’autre part du fait que le Brexit n’ait pas vraiment eu l’impact auquel on s’attendait. Il faudra bien du temps avant que les réelles ramifications du Brexit ne transparaissent. En termes de valeur relative, le marché en Livre sterling est une bonne solution pour les investisseurs. Il a réalisé de bons résultats au cours du mois de janvier et nos propres fonds continuent d’enregistrer de bons rendements. Il pourrait, toutefois, y avoir des limites à ce mouvement.

Stephen Thariyan 8 février
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique