IMG
Quelle est l'influence de la Chine sur le cours euro dollar ?

La crise du coronavirus a mis en évidence la dépendance de l’euro aux économies asiatiques. En effet, alors que le dollar reste relativement protégé, le cours de l’euro accuse le coup. Plus que l’Asie, c’est la Chine qui est ici en cause. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’économie chinoise influence le cours de notre devise. Quelles sont les raisons et faut-il réagir?

Pourquoi l’économie chinoise influence-t-elle le cours de l’euro?

La Chine est l’un des principaux partenaires commerciaux de la zone euro. Selon Eurostat, les exportations des pays de la zone euro vers la Chine comptent pour 1,3% du PIB de l’Eurozone. En comparaison, les exportations des États-Unis vers la Chine ne comptent que pour 0,6% de leur PIB.

Au niveau des importations, la Chine est le premier partenaire de l’Union européenne. La valeur des importations entre les deux partenaires pour la période allant de janvier 2019 à novembre 2019 est évaluée à 387,6 milliards d’euros environ. Il semble donc tout à fait naturel que l’économie de la zone euro soit influencée par l’économie chinoise. Dès lors, un ralentissement de la croissance chinoise entraîne une dépréciation de l’euro sur le marché des changes. À l’inverse, le cours dollar euro s’en verra renforcé. Lors du calcul du taux de change effectif réel de l’euro, la Banque Centrale Européenne accorde d’ailleurs la pondération la plus importante à la Chine (23% environ contre 17% pour les États-Unis) en raison de cette dépendance.

Influence de l’économie chinoise sur le cours euro dollar

JPEG - 159.7 ko
Source: PublicDomainPictures.net

Cette théorie économique peut sembler compliquée. Néanmoins, les effets sont bien réels. En 2019, lors de l’escalade des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, l’euro s’est retrouvé entre deux feux et a subi la politique monétaire chinoise. Au vu des incertitudes liées à cette guerre commerciale, l’euro s’est apprécié par rapport au dollar. Ces variations de cours reflètent donc le sentiment des investisseurs par rapport aux événement géopolitiques majeurs.

Le même scénario se reproduit en ce début 2020 mais c’est au final le dollar américain qui en sort gagnant. Le cours euro dollar a en effet fortement baissé depuis le début de l’année car les craintes liées au coronavirus se propagent à l’économie européenne. Néanmoins Donald Trump n’est pas partisan d’un dollar faible car cela ralentit les exportations américaines et pèse donc sur l’économie. Le Président américain critique d’ailleurs vivement le déficit commercial existant entre les États-Unis et l’Europe.

Le point d’équilibre au niveau des politiques monétaires – pour autant qu’il existe – est donc extrêmement difficile à trouver et les dirigeants de l’Eurozone peinent à faire entendre leur voix et imposer leur vision.

L’euro en quête de poids sur la scène internationale

JPEG - 69.5 ko
Source: Piqsels.com

Malgré une volonté à l’échelle européenne, il faut reconnaître que c’est toujours le dollar américain qui fait la loi sur le marché des changes. Le cours de l’euro ne crée pas la tendance, il la subit. Cependant, la Commission européenne poursuit ses efforts en coulisses pour renforcer l’euro. Parmi les diverses initiatives, on donnera comme exemple l’usage de l’euro comme monnaie de facturation pour les énergies telles le pétrole.

Néanmoins, la partie est loin d’être gagnée. À l’heure actuelle, l’euro ne représente que 20% environ des réserves globales de devises étrangères contre 50% pour le dollar américain. Selon les données du Fonds Monétaire International, 90% des importations de l’Eurozone au départ des États-Unis sont facturées en dollars. Il y a là clairement un déséquilibre qui pèse sur l’économie européenne.

27 mars
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique