IMG
Quel est le positionnement des hedge funds vis-à-vis du Brexit et des actifs britanniques ?

L’épisode d’aversion pour le risque a été rapidement surmonté, avec le rebond des valeurs technologiques et énergétiques. Les hedge funds ont fortement rebondi aussi, entraînés par les fonds Special Situations, CTA et Macro. La plupart des fonds affectés la semaine dernière ont ainsi totalement compensé leurs pertes.

Quel est le positionnement des hedge funds vis-à-vis du Brexit et des actifs britanniques?

L’épisode d’aversion pour le risque a été rapidement surmonté, avec le rebond des valeurs technologiques et énergétiques. Les hedge funds ont fortement rebondi aussi, entraînés par les fonds Special Situations, CTA et Macro. La plupart des fonds affectés la semaine dernière ont ainsi totalement compensé leurs pertes.

Alors que les négociations relatives au Brexit s’intensifient, nous avons fait un point sur la vue des hedge funds concernant les actifs britanniques. Le sixième volet des négociations s’est achevé sur des avancées limitées. L’UE et le R.-U. doivent encore s’entendre sur les modalités de sortie avant toute négociation quant à leur future relation commerciale. Les multiples divisions au R.-U. (au vu des forces politiques, des intérêts industriels divergents, des pouvoirs régionaux) et la ligne dure de l’Europe suggèrent que l’incertitude prévaudra largement encore l’année prochaine.

Il devient visible que les incertitudes liées au Brexit ont isolé la Grande-Bretagne de la ré-accélération économique mondiale. L’investissement ralentit à mesure que les entreprises suspendent leurs projets. La consommation s’infléchit rapidement, en même temps que la croissance des salaires et l’emploi. La montée de l’inflation – largement induite par la chute de la livre – a contraint la BoE à relever ses taux à un moment inopportun.

Pour un temps, les dynamiques de marchés ont été claires. Les taux britanniques baissaient et le plongeon du GBP dopait l’indice FTSE, qui génère 3/4 de ses revenus à l’étranger. Depuis, la détérioration économique a été intégrée dans les cours et les perspectives sur les taux ont enrayé le potentiel de baisse du GBP. À l’instar de la livre sterling, les taux sont devenus hésitants, reflétant les doutes des investisseurs quant à la marge de manœuvre de la BoE pour poursuivre son cycle de hausse. L’indice FTSE est également contraint par la baisse des revenus domestiques et un moindre soutient côté change, mais soutenu par des valorisations plus saines et par la croissance observée à l’internationale (du moins pour les valeurs concentrées sur les marchés mondiaux hors UE). Les actifs britanniques se situent à la croisée des chemins et les catalyseurs à court terme dans un sens ou dans l’autre sont moins évidents.

Les positions des hedge funds sont hétérogènes. Les gérants CTA ont neutralisé le gros de leurs expositions britanniques. Marginalement vendeurs de GBP, ils sont modérément long sur les actions et les obligations. Les fonds Macro parient en revanche plus franchement sur la baisse du GBP et des obligations, mais sont modérément longs sur les actions. Implicitement, ils tablent sur une hausse des taux, une économie plus fragile et un potentiel haussier (induit par le change) pour l’indice FTSE. Malgré des incertitudes palpables, les gérants L/S Equity ont conservé leurs expositions R.-UK. brutes et nettes inchangées. Ils privilégient toutefois des positions longues sur les grandes capitalisations et ont étoffé leurs positions courtes sur les segments pkus exposés exposés à la faiblesse de l’économie nationale. Les biens de consommation, la vente au détail, les REIT, les biens de consommation de base, les loisirs ou les médias figurent parmi ces segments.

Lyxor Research 30 novembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique