IMG
Pour certains clients de BlackRock, la récente vente a créé une opportunité attrayante de rééquilibrage en actions

Laurence D.Fink, Président et CEO de BlackRock, a partagé ses réflexions et celles de BlackRock sur la pandémie actuelle de coronavirus et certaines des priorités du plus grand gestionnaire d’actifs au monde lundi dans sa lettre annuelle aux actionnaires.

La lettre est une préface au rapport annuel de la société de gestion, qui sera publié le 9 avril.

M.Fink a expliqué aux actionnaires qu’il avait écrit sa lettre de la maison où il travaille à distance en raison des précautions liées au COVID-19 «comme des millions d’autres personnes», dont plus de 90% des 16200 employés de BlackRock qui travaillent à distance ces dernières semaines.

«Depuis janvier, le coronavirus a pénétré nos vies et transformé notre monde, présentant un défi médical, économique et humain sans précédent. Les implications de l’épidémie du coronavirus pour chaque nation et pour nos clients, employés et actionnaires sont profondes, et elles se répercuteront sur les années à venir», a déclaré M.Fink.

M.Fink a déclaré aux actionnaires qu’il n’avait jamais connu un événement similaire à celui de l’épidémie de COVID-19 au cours des 44 années dans le secteur financier, mais il a souligné qu’«aussi dramatique que cela soit, je crois que l’économie se rétablira progressivement, en partie parce que cette situation ne présente pas les mêmes obstacles à la reprise qu’une crise financière classique. Les banques centrales agissent rapidement pour résoudre les problèmes sur les marchés du crédit, et les gouvernements agissent maintenant de manière agressive pour adopter des mesures de relance budgétaire. La vitesse et la forme de ces politiques sont profondément influencées par l’expérience du monde lors de la crise financière mondiale de 2008. Je pense également que leurs actions sont susceptibles d’être plus efficaces et de fonctionner plus rapidement car elles ne luttent pas contre les mêmes défis structurels qu’il y a dix ans.»

M.Fink a ajouté: «Cela ne veut pas dire que le monde est sans risque, ni suggérer que le marché a atteint son niveau le plus bas. Il est impossible de le savoir. Il existe également des défis importants à relever pour les entreprises lourdement endettées, et si les gouvernements ne le sont pas prudents dans la conception de leurs programmes de relance, la douleur économique retombera de manière disproportionnée sur les épaules des individus les plus vulnérables sur le plan économique.»

En ce qui concerne la reprise économique, M.Fink a expliqué aux actionnaires le rôle de conseil de BlackRock auprès des gouvernements, «nous conseillons les gouvernements alors qu’ils cherchent de nouvelles façons de soutenir les ménages, les entreprises et les économies de leurs pays respectifs dans cette situation sans précédent.»

Il a ajouté que BlackRock avait été choisi pour aider la Federal Reserve Bank de New York et la Banque du Canada «dans le cadre de programmes conçus pour faciliter le renforcement du capital dans les entreprises et soutenir l’économie". Il a déclaré que BlackRock "continuera à travailler avec les gouvernements du monde entier pour les aider à traverser cette période difficile.»

En ce qui concerne le service à sa clientèle, M.Fink a déclaré que les équipes de support à la clientèle étaient en «contact étroit avec les clients par le biais d’appels téléphoniques et de vidéoconférences, s’assurant que nos clients sont en sécurité et en bonne santé, qu’ils disposent des informations dont ils ont besoin et qu’ils obtiennent des réponses rapides à leurs questions urgentes.»

M.Fink a déclaré que «pour certains clients de BlackRock, la récente vente a créé une opportunité attrayante de rééquilibrage en actions. En effet, bon nombre de nos clients - même ceux qui ont généralement une forte allocation en obligations, en raison de leurs profils de risque - cherchent dorénavant à augmenter leur allocation en actions sur ces niveaux de marché.»

M.Fink a déclaré que les principales priorités de la société sont «les ETF, les produits alternatifs non liquides et la technologie (qui) stimuleront la croissance de BlackRock pour la prochaine décennie. Mais nous ne pouvons pas nous focaliser uniquement sur ce qui se passera dans le futur. BlackRock a toujours consacré du temps et des ressources à analyser l’expérience passée, en regardant notre société et notre industrie cinq ou même dix ans en arrière, car il est tout aussi important de semer les graines pour les plus grandes opportunités à venir.»

M.Fink a également abordé la question de sa succession dans sa lettre, notant que «même si je n’ai pas l’intention de quitter BlackRock de sitôt, je ne serai pas là pour toujours. J’ai travaillé en étroite collaboration avec mon conseil d’administration au cours de la dernière décennie pour nous assurer que nous avons un plan et un processus réfléchis en place non seulement pour mon successeur, mais aussi pour tous les hauts dirigeants de la société de gestion qui jouent un rôle essentiel dans les activités quotidiennes de BlackRock.»

Next Finance 31 mars
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique