IMG
Obligations chinoises : le juste équilibre

La croissance du marché obligataire chinois présente des opportunités intéressantes. Les stratégies de performance absolue peuvent en tirer le meilleur parti tout en utilisant des couvertures pour se protéger contre toute volatilité potentielle.

L’année commence à peine et la Chine fait déjà les gros titres: le conflit commercial qui l’oppose aux États-Unis gronde; Pékin agit de nouveau pour soutenir la croissance; et les sociétés technologiques expliquent la chute de leurs profits par le ralentissement des ventes dans ce pays. Tout cela soulève une question essentielle: les opportunités d’investissement générées par ces actualités l’emportent-elles sur les risques?

Pour nous, en tant qu’investisseurs obligataires, il s’agit de trouver le juste équilibre entre le risque et les performances possibles. C’est devenu la spécialité de la stratégie Pictet-Absolute Return Fixed Income, qui associe des allocations stratégiques à long terme à des investissements de compensation qui lui servent à se couvrir contre les risques à court terme.

En tant que spécialistes de l’investissement obligataire, nous avons toujours été attirés par le potentiel à long terme de la Chine. Même si la croissance va inévitablement ralentir à l’avenir, elle devrait également être plus stable grâce au rééquilibrage de l’économie en faveur des services et au détriment des matières premières ainsi qu’avec la libéralisation du taux de change. La Chine franchit rapidement les paliers de la chaine de valeur industrielle depuis la quantité vers la qualité. Son marché obligataire est de plus en plus mature, diversifié et international tandis que le renminbi est vendu comme une des futures monnaies de réserve. L’intérêt du marché est également ravivé par le fait que les obligations chinoises proposent des rendements et des performances relativement élevés, qui ne sont pas étroitement liés à ceux des autres classes d’actifs.

Par ailleurs, ces derniers mois, le gouvernement s’est engagé dans une politique budgétaire plus souple tout en coordonnant ses efforts pour soutenir la demande intérieure et la croissance du PIB. Il a réduit la fiscalité des entreprises et des ménages et il investit fortement dans les infrastructures. Parmi toutes les grandes banques centrales, la Banque populaire de Chine est la seule à continuer d’appliquer une politique de stimulation monétaire (voir le graphique) et elle devrait injecter plus de 200 milliards de dollars dans l’économie en 2019. Nos économistes prévoient que le produit intérieur brut (PIB) chinois va gagner 6,4% cette année, un rythme équivalent à deux fois celui de l’ensemble de la planète, et plus du triple de celui des économies développées.

Lorsque le ciel chinois s’éclaircit, il fait beau sur d’autres marchés. Notre opinion globalement positive sur les dettes d’entreprise des marchés émergents libellées en dollars s’en trouve confortée. Nous percevons également plusieurs opportunités spécifiques sur le marché obligataire chinois en dollars lui-même, où toute faiblesse de la devise, comme celle qui a été observée mi-2018, pourrait générer des points d’entrée intéressants.

Les gestionnaires d’actifs chinois, dont l’importance est considérée comme stratégique dans le pays, compteront parmi les principaux bénéficiaires des mesures de relance. Les sociétés immobilières en feront également partie et la structure de leur capital montre déjà des signes d’amélioration.

Fondamentalement, nous pensons que les valorisations des obligations d’entreprises émises par des sociétés de ces secteurs ne reflètent pas ce potentiel.

Toujours prêts

Malgré tout, outre leur potentiel à long terme, les marchés émergents sont bien connus pour leurs poussées de volatilité à court terme et la Chine n’y fait pas exception.

C’est là que notre philosophie qui consiste à équilibrer les risques prend tout son sens. La diversification des risques à la moindre occasion est un des piliers de notre processus d’investissement pour la stratégie Pictet-Absolute Return Fixed Income. Pour y parvenir, nous examinons les risques et les corrélations aussi bien au sein de nos thèmes d’investissement qu’au travers de l’ensemble du portefeuille.

En résumé, les turbulences qui surviennent sur les marchés de la dette émergente s’accompagnent souvent d’un affaiblissement des monnaies des économies émergentes. Pour nous, une position courte dans un panier composé de ces devises constitue une façon efficace de contre-balancer un investissement long en obligations d’entreprises émergentes. Nous estimons toutefois qu’il est essentiel de gérer activement cette position en devises compte tenu des particularités des clients concernés.

Actuellement, les positions courtes en devises asiatiques offrent une couverture particulièrement efficace contre toute faiblesse temporaire de la Chine.

Nous avons également investi en swaps de défaut de crédit (CDS) sur la dette souveraine chinoise, des instruments qui protègent contre toute détérioration de la qualité de crédit d’un émetteur obligataire, pour offrir une couverture supplémentaire à nos positions dans l’immobilier chinois. Les possibilités de couvrir notre exposition s’élargissent à mesure que l’univers des investissements en Chine s’étend. Pour nous, cela renforce encore davantage les arguments en faveur de ces investissements.

JPEG - 57.9 ko

Nous savons depuis longtemps que la transition chinoise du statut d’usine du monde vers une plus orientée en faveur des services va générer de nombreuses opportunités. Grâce à tous les outils d’investissement disponibles et en nous concentrant sur l’équilibrage des risques, nous pensons que notre approche de l’investissement en Chine peut non seulement capturer la valeur à long terme, mais aussi limiter les risques liés à la volatilité à court terme, ce qui garantit le meilleur équilibre possible entre risque et performances à nos investisseurs. Une approche aussi flexible est hors de portée d’un grand nombre de stratégies obligataires traditionnelles.

Patricia Schuetz 28 janvier
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique