IMG
Matières premières - Un phénix renaissant de ses cendres

Suite à la reprise du gouvernement américain après le shutdown, ce rapport couvre une période de trois mois. Il s’est passé beaucoup de choses au cours de cette période. Depuis plus d’un mois, par exemple, le marché fonctionne sans les données du ministère de l’Agriculture américain et sans les données de positionnement spéculatif de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC).

Le marché des matières premières a été volatil: après de fortes baisses en décembre 2018, il y a eu une forte reprise en janvier 2019. Le marché semble se maintenir en février, mais les prix risquent fort de s’effondrer si les matières premières peuvent s’échanger sur la base de leurs propres fondamentaux plutôt que d’être pondérées par l’incertitude constante concernant le protectionnisme commercial et les autres risques géopolitiques.

L’or semble être le grand gagnant dans ce contexte d’incertitude, les investisseurs ayant redécouvert son potentiel de couverture dans un contexte de volatilité sur le marché des actifs cycliques en décembre 2018.

Nous estimons que la diminution des stocks de métaux industriels et de pétrole est très constructive pour la performance du marché des matières premières.

Le ralentissement de la croissance économique dans les pays industrialisés a cependant assombri la situation. Les indices mondiaux des gestionnaires d’achats manufacturiers sont tombés à leur plus bas niveau depuis août 2016. L’Italie est en récession; l’Allemagne n’a échappé que de peu à la récession; la croissance de la production industrielle dans la zone euro a été négative pour deux mois consécutifs; la Chine a enregistré sa plus faible croissance économique depuis 28 ans. Dans ce contexte, nous nous attendons à des mesures de relance économique (ou du moins à l’absence de politique de resserrement monétaire dans la zone euro).Fed fond futures estiment peu probable une hausse des taux de la Fed cette année et – à en juger par un récent communiqué de la Fed – le marché pourrait avoir forcé la main de la Fed. La Banque populaire de Chine a réduit ses réserves obligatoires et injecté des liquidités dans le système bancaire. Historiquement, la Chine a stimulé son économie en autorisant de grands projets d’infrastructures, et ces dépenses en infrastructures ont tendance à être très gourmands en matières premières et devraient en faire monter les cours.

À court terme, nous nous attendons à ce que les prix des matières premières s’envolent.

Toutefois, si un scénario géopolitique défavorable devait prendre forme – comme un autre shutdown du gouvernement américain ou les répercussions potentielles du Brexit – les investisseurs pourront se rassurer car leurs avoirs en or pourraient augmenter en valeur.

  • L’or a fait un retour en force en 2019 et nous prévoyons que le métal compensera toutes ses pertes de 2018. Au fur et à mesure que les positions spéculatives reprennent, nous nous attendons à ce que le métal se négocie à la hausse. Une Fed plus conciliante pourrait faire grimper le cours à près de 1400 dollars par once.
  • Les prix du soja bénéficient de la désescalade de la guerre commerciale. Les matières premières agricoles ont fait un retour en force avec des espoirs fondés sur la prolongation de l’échéance du 1er mars pour la trêve commerciale. Selon le dernier Rapport sur l’estimation de l’offre et de la demande agricoles mondiales (WASDE), l’offre mondiale de céréales et d’oléagineux demeure élevée et devrait augmenter à mesure que l’incertitude commerciale persiste.
  • Les métaux industriels ont été les plus sensibles aux aléas de la politique commerciale américaine. Comme il semble de plus en plus probable qu’un accord sera conclu entre les États-Unis et la Chine, nous nous attendons à ce que les prix des métaux industriels s’effondrent et s’alignent de nouveau sur leurs fondamentaux.
  • Bien que la hausse des prix du pétrole se soit stabilisée au cours des dernières semaines, nous pensons qu’elle aura des opportunités de se poursuivre lorsque le brouillard entourant la demande commerciale se sera dissipé. L’offre se resserre en raison de la politique de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la croissance de la production américaine se heurte à des contraintes d’infrastructures.
Aneeka Gupta , Nitesh Shah 26 février
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique