IMG
Marchés actions – le secteur de la technologie sortira-t-il gagnant ?

L’impact de la crise du coronavirus sur le secteur de la technologie a rapidement évolué d’un problème de chaîne d’approvisionnement en Chine au début de l’année vers une véritable crise sanitaire et économique mondiale. Le secteur technologique n’a pas été épargné dans la chute du marché mais peut représenter quelques opportunités.

L’impact de la crise du coronavirus sur le secteur de la technologie a rapidement évolué d’un problème de chaîne d’approvisionnement en Chine au début de l’année vers une véritable crise sanitaire et économique mondiale. Le secteur technologique n’a pas été épargné dans la chute du marché mais peut représenter quelques opportunités. Marta Oudot, Directrice de la Distribution en France, revient sur les mouvements des marchés de la «tech» depuis le début de la crise.

De grandes divergences entre les gagnants et les perdants

Sur l’ensemble du secteur tech, il y a eu de grandes divergences entre les performances des entreprises, à l’instar d’Amazon (+25% à l’heure où nous écrivons) et Facebook (-14%). Parmi les sous-segments qui sont les plus fortement touchés par la crise, se trouvent les agences de voyages en ligne, la publicité en ligne, les entreprises œuvrant dans l’univers des médias et de l’évènementiel. Les segments qui vont en revanche pouvoir en bénéficier sont: les solutions de télétravail, les jeux vidéo, la commande en ligne de repas, les formations en ligne, les services de streaming, le commerce électronique, la vidéoconférence et les réseaux sociaux.

Le secteur technologique reste fort même si l’incertitude sur les chiffres règne

Dans son ensemble, le secteur technologique a surperformé les marchés actions monde jusque-là. Cependant, les estimations de résultats des entreprises pour le reste de l’année ont pour le moment assez peu de pertinence et les entreprises s’expriment très peu sur le futur proche. «Il faudra un peu temps avant que nous puissions obtenir davantage d’indications et d’estimations de la part des entreprises.» commente Marta Oudot.

Le secteur des logiciels et des services (software & services), a été le plus performant jusquelà cette année. Les investisseurs ont été attirés par les revenus récurrents qui sont certes élevés, mais les valorisations sont extrêmes, du point de vue de DNB AM.Le PER (price earnings ratio) moyen est de l’ordre de 28 (non-GAAP) mais le ratio est en réalité beaucoup plus élevé si on tient compte des coûts liés aux stocks options (qui représentent parfois plus de 20% des ventes).

«La crise du Covid-19 a fait prendre conscience aux régulateurs européens de l’importance du bon fonctionnement des infrastructures de télécommunications».

Pour les gérants de DNB, le télécom est l’un des secteurs les plus intéressants en ce moment. «Les opérateurs de télécom n’ont pas été soutenus en bourse malgré leurs modèles économiques solides. Cette sous-performance pourrait s’expliquer par l’inquiétude des investisseurs par rapport aux niveaux d’endettement» précise Marta Oudot, «mais selon nous, les opérateurs peuvent facilement réduire leurs capex pour améliorer leurs flux de trésorerie». L’impact de la crise sur les opérateurs sera limité voire positif dans certains cas.

En effet, la baisse des ventes de téléphones portables, comme celle des recettes de roaming, vont avoir un impact très limité. Par ailleurs, en raison des retards dans le déploiement de la 5G, les opérateurs vont avoir une diminution des capex et parallèlement ils vont pouvoir bénéficier de l’augmentation du trafic haut débit. De plus, nous pourrons nous attendre à une diminution du taux de désabonnement, qui est un important facteur de coût pour le secteur.

Finalement, la crise du Covid-19 a fait prendre conscience aux régulateurs européens de l’importance du bon fonctionnement des infrastructures de télécommunications. Jusquelà, l’environnement règlementaire en Europe n’était pas favorable à des consolidations, ce qui sera pourtant nécessaire pour que des déploiements majeurs de la 5G puissent avoir lieu. Ce développement sera évidemment positif pour le secteur.

Des opportunités en or

Le secteur tech contribue à l’amélioration de la productivité en générale dans l’économie et sera donc un gagnant à long terme sur les marchés boursiers. «Il n’est pas nécessaire d’acheter les titres technologiques les plus à la mode et les plus médiatisés pour gagner de l’argent», commente Marta Oudot, «il existe aujourd’hui des opportunités en or dans de nombreuses valeurs technologiques à prix raisonnable».

Next Finance 22 avril
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique