IMG
Marchés Actions internationales : comment sortir des sentiers battus et faire face aux risques qui s'accumulent ?

Les actions FAANG et BAT sont-elles désormais surévaluées? C’est ce qu’affirme Comgest qui estime aujourd’hui que la plupart des actions FAANG et BAT sont désormais surévaluées sur la base des indicateurs de valorisation relative, en termes notamment de niveau et de visibilité de leur croissance potentielle...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

La tendance haussière des actions américaines est officiellement la plus longue enregistrée depuis la Seconde Guerre mondiale, surpassant les sommets atteints en 1990, 2000 et 2007. Il est difficile d’imaginer qu’elle se poursuive sans heurt face à la hausse des taux d’intérêt, à la contraction du bilan des banques centrales, à la réduction de la liquidité, aux conflits commerciaux, aux risques de hausse des salaires et aux préoccupations qui entourent la dette émergente. Pour l’équipe actions internationales de Comgest, le moment est venu de faire preuve de prudence, appliquant avec rigueur notre approche qualité et croissance axée sur la recherche de sociétés aux perspectives de croissance sous-estimées et offrant un potentiel de surprises positives.

Sur les douze derniers mois, les fonds actions internationales et ceux dédiés au secteur de la technologie affichent une collecte record et des performances solides, beaucoup d’entre eux bénéficiant de la performance des FAANG (Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google), qui représentent à eux seuls près de 50% de la progression du S&P500 depuis le début de l’année, ainsi que des BAT (Baidu, Alibaba et Tencent) en Chine.[1]

Comgest estime aujourd’hui que la plupart des actions FAANG et BAT sont désormais surévaluées sur la base des indicateurs de valorisation relative, en termes notamment de niveau et de visibilité de leur croissance potentielle, et préfère rester prudent quant à leur performance en cas de correction majeure du marché.

La stratégie actions internationales de Comgest (3,0 Md€ d’actifs sous gestion au 30 juin 2018) a choisi de se tenir à l’écart ces derniers temps de certains de ces titres, privilégiant des valeurs moins recherchées du secteur des technologies, qui offrent aux yeux de l’équipe une valorisation plus intéressante au vu des perspectives de croissance attendues. Ces positions comprennent par exemple Amadeus, un leader mondial des logiciels de transport aérien, qui continue de profiter de solides opportunités de croissance sur ses marchés principaux et ses nouveaux marchés; Visa, un des chefs de file du secteur consolidé des réseaux de paiements internationaux qui continue de bénéficier de la croissance séculaire de la monétique; Intuit, un leader des logiciels de gestion destinés aux PME et des logiciels de déclaration fiscale aux États-Unis, deux activités en pleine croissance avec l’adoption du cloud, et enfin Microsoft, qui après avoir été longtemps en panne d’orientation stratégique, a trouvé de nouveaux relais de croissance dans ses progiciels de productivité basés sur le cloud.

La recherche de titres qui sortent des sentiers battus n’est pas seulement une question de secteur, mais également de marché. L’équipe actions internationales de Comgest estime ainsi que le Japon offre de nombreuses opportunités d’investissement qui sont en grande partie ignorées par les gérants de fonds internationaux. Peu d’entre eux ont, comme Comgest, des équipes d’investissement basées au Japon, idéalement placées pour bien connaître les valeurs de ce marché.

Les actions japonaises affichent une belle progression sur les dernières années, faisant mieux que l’indice MSCI World sur trois des cinq derniers exercices. Grâce à l’amélioration de la gouvernance des entreprises, à l’augmentation du rendement des capitaux propres et à de solides moteurs de croissance structurelle, de nombreuses opportunités d’investissement se sont présentées.

Pour un stock picker comme Comgest, cela explique en grande partie pourquoi sa stratégie actions internationales affiche presque 25% d’exposition au Japon à fin juin 2018, ce qui constitue un point de différenciation par rapport à d’autres fonds internationaux dont l’exposition au Japon est proche de celle de l’indice de référence, à environ 8%.

Parmi les valeurs japonaises en portefeuille, on compte Hikari Tsushin, chef de file des équipements et services destinés aux PME, Makita, fabriquant réputé d’outils électriques qui est à la pointe de l’innovation dans les produits sans fil destinés au marché du bricolage et des professionnels, Don Quijote, la plus grande chaîne de magasins aux prix bas au Japon, Nidec, leader mondial des petits moteurs de précision, et Fast Retailing, propriétaire de la marque mondialement connue Uniqlo.

Dans sa quête constante d’une croissance durable et visible des bénéfices capable de surpasser les prévisions à des niveaux de valorisation acceptables au vu des niveaux actuels des marchés actions, l’équipe a également décidé d’investir dans des marques européennes mondialement reconnues de produits de consommation courante comme Unilever, Heineken et l’Oréal, qui sont toutes les trois fortement exposées à la croissance rapide des marchés émergents: près de 60% du chiffre d’affaires d’Unilever et de Heineken provient actuellement des marchés émergents, tandis que l’Oréal réalise 40% de ses ventes sur les marchés nouveaux et émergents.[2]

Sur 1 an, 3 ans, 5 ans et 10 ans, la Sicav Comgest Monde C surperforme l’indice MSCI AC World (dividendes réinvestis) à hauteur de respectivement 9,6%, 2,2%, 1,7% et 0,8% (en euros, après frais et commissions, au 30 septembre 2018) et se classe dans le quart supérieur de sa catégorie Morningstar.

Cette surperformance se poursuit en 2018 avec un rendement de 11,4% depuis le début de l’année contre 7,3% pour l’indice MSCI AC World (dividendes réinvestis, au 30 septembre 2018).

Zak SMERCZAK 8 octobre

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Notes

[1] Source des informations d’ordre général: analyses Comgest, Factset (données de marché et de portefeuilles, ratios financiers), rapports des entreprises

[2] Source des informations d’ordre général: analyses Comgest, Factset (données de marché et de portefeuilles, ratios financiers), rapports des entreprises.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique