IMG
Les stratégistes de Natixis Investment Managers et ses affiliés identifient les principaux risques de marché pour le reste de l'année 2020

Les résultats de l’enquête «Strategist Outlook» de Natixis Investment Managers divergent au sujet des actifs risqués, la moitié des stratégistes interrogés anticipant une vente et l’autre moitié une poursuite du rally sur les actions jusqu’en décembre.

La deuxième vague de Covid est en tête des préoccupations, suivie par les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine et les prochaines élections américaines.

La quasi-totalité (91%) des stratégistes pense que l’investissement ESG est l’un des gagnants de la pandémie.

Plus des trois quarts (78%) des stratégistes interrogés prédisent une victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine.

A la suite de la plus importante cession d’actifs de l’histoire, elle-même suivie du rebond le plus rapide, les experts en investissement de Natixis Investment Managers s’accordent sur des perspectives économiques relativement optimistes, même si le consensus indique qu’une reprise complète prendra du temps, selon l’enquête Natixis Strategist Outlook publiée par le Natixis Investment Institute.

Le rapport, qui rassemble les conclusions de 36 stratégistes, économistes et gestionnaires de portefeuille représentant Natixis Investment Managers, 14 de ses gestionnaires d’actifs affiliés et Natixis Corporate & Investment Banking, montre un large consensus sur les risques à venir et certaines conséquences probables de la crise du Covid à long terme, mais avec des divergences sur ce que cela signifie pour les actifs risqués dans les mois à venir.

Esty Dwek, responsable de la stratégie Global Macro au sein de Natixis Investment Managers Solutions, déclare: «Bien qu’il existe un consensus au sein du groupe sur le fait que la reprise sera difficile, la direction vers laquelle les marchés vont se diriger à la fin de l’année n’est pas claire. Nous anticipons une volatilité politique accrue à l’approche des élections américaines, et, ce qui n’est pas inhabituel, une polémique électorale».

Le chemin vers la reprise

Malgré le rebond enregistré jusqu’à présent et le soutien fiscal et monétaire sans précédent fourni à ce jour, un tiers des stratégistes anticipent une reprise en W, intégrant de fait un nouveau recul économique. Ce sentiment est partagé par les porte-paroles interrogés qui anticipent une reprise (47%) et ceux qui prévoient une cession d’actifs (53%).

En conséquence, alors que près de la moitié (44%) estiment que la reprise est en cours, l’élan initial risque de s’essouffler. Et malgré le redressement rapide de la bourse, peu d’experts (2,8%) prévoient que l’économie suivra le mouvement.

Le Covid domine parmi les risques de marché

Alors que les experts en santé publique mettent en garde sur une éventuelle deuxième vague, qui se propagerait dans le monde entier à l’automne et au début de l’hiver avec la saison de la grippe, 86% des stratégistes interrogés donnent au Covid la note de risque élevé «au-dessus de 5» pour un classement moyen de 7,5.

Alors que les stratégistes ne sont pas préoccupés de manière générale par les risques de marché liés à une ingérence étrangère dans la prochaine élection présidentielle américaine (note moyenne de 3,5), ils anticipent tout de même une volatilité politique et une polémique électorale.

Tous les yeux sont tournés vers les élections américaines

Si les stratégistes sont optimistes quant à la victoire du candidat Biden à l’élection présidentielle américaine (78%), ils s’inquiètent de la façon dont l’opinion américaine accueillera les résultats. La moitié des répondants (50%) s’attendent à ce que les résultats soient contestés dans tous les cas, et la moitié d’entre eux prévoient que l’élection entraînera une certaine agitation sociale (50%).

La majorité des stratégistes interrogés estiment que l’élection de Biden serait profitable au commerce mondial (75% des répondants) et à l’atténuation du risque géopolitique (75%). 61% font également plus confiance au parti démocrate s’agissant de l’économie mondiale. Bien qu’ils se montrent confiants dans une victoire de Biden, plus de la moitié (58%) pensent que la réélection de Donald Trump serait profitable aux actions, étant donné les perspectives de réduction de l’impôt sur les sociétés et le sentiment pro-business attaché à Trump. En ce qui concerne les obligations, les stratégistes ont peu d’opinion, ce qui reflète probablement le pouvoir de la Fed et l’idée que les taux seront encore bas pendant longtemps, indépendamment de la personne qui occupe le Bureau ovale.

Gagnants et perdants – Prévisions ESG positives

Les stratégistes sont unanimes pour déclarer que le secteur technologique est clairement gagnant sur le marché. De même, 94% des porte-paroles interrogés s’attendent à ce que la santé devienne un secteur encore plus important pour les décideurs politiques à l’avenir, les entreprises de services à domicile arrivant juste après à 91%. Le plus surprenant, cependant, est ce que la pandémie révèle sur la résilience des investissements environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Alors que les stratégies d’investissement ESG se sont avérées principalement défensives au cours des six premiers mois de l’année, l’intérêt pour ces investissements s’est considérablement accru par la suite. Cette approche est aujourd’hui reconnue comme une solution gagnante pour 91% des stratégistes, 75% de ce groupe estimant que les investissements ESG deviendront plus généralisés à la suite de cette crise.

Avec des millions de personnes restant chez elles et des prévisions d’une reprise économique lente, les secteurs des divertissements traditionnels (85%) et des voyages (83%) figurent parmi les principaux perdants. L’énergie, qui a connu des difficultés particulières depuis le premier trimestre 2020, est également un perdant probable pour 77% des porte-paroles interrogés.

Next Finance 15 septembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique