IMG
Le rendement des obligations européennes high-yield n'est pas si élevé (comparé aux actions)

Nous avons été les témoins d’une baisse sans précédent des rendements obligataires, qui a entraîné un mouvement important de hausse des prix des obligations. Par la suite, même les rendements des obligations high-yield sont devenus moins élevés que ceux liés aux dividendes des actions.

Les obligations ne sont-elles pas recherchées pour leur revenu fixe et les actions pour l’appréciation de leur cours?

Traditionnellement, les investisseurs se sont appuyés sur les titres fixed income pour dégager du revenu par le versement de coupons réguliers. A contrario, l’achat d’une action est réalisé dans l’objectif de voir son cours progresser et sa valeur globale augmenter, le versement du dividende attaché à l’action ne fournissant qu’un petit revenu complémentaire pour l’actionnaire. Toutefois, les choses ont changé récemment. Nous avons été les témoins d’une baisse sans précédent des rendements obligataires, qui a entraîné un mouvement important de hausse des prix des obligations. Par la suite, même les rendements des obligations high-yield sont devenus moins élevés que ceux liés aux dividendes des actions. Notre «graphique de la semaine» démontre ce phénomène observé sur les marchés européens. Ces rendements bas, résultant d’une prime de risque faible sur les obligations high-yield, peuvent être justifiés par la conjoncture favorable en Europe qui se combine avec des taux de défaut peu élevés. Cependant, des revenus plus élevés sont toujours offerts en investissant sur les actions.

Stefan Kreuzkamp 28 août
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique