IMG
Le changement climatique reste la priorité absolue

Le changement climatique est un enjeu majeur pour de nombreux secteurs. En effet, les combustibles fossiles et les entreprises très consommatrices d’énergie représentent toujours environ 70% des émissions de gaz à effet de serre. Les secteurs très polluants sont donc des acteurs clés de la transition énergétique.

Le changement climatique est un enjeu majeur pour de nombreux secteurs. En effet, les combustibles fossiles et les entreprises très consommatrices d’énergie représentent toujours environ 70% des émissions de gaz à effet de serre. Les secteurs très polluants (pétrole et gaz, production d’électricité ou de produits chimiques par exemple) sont donc des acteurs clés de la transition énergétique. L’automobile et l’immobilier (qui représentent, à eux deux, 30% de la consommation mondiale d’énergie) sont également concernés par cette tendance. De nombreux rapports publiés récemment confirment que les régulateurs et le secteur privé doivent agir. La réglementation devrait se durcir, et les entreprises devront s’y conformer.

Aussi, les risques et les opportunités liés à la réglementation climatique et à son évolution sont déjà intégrés dans nos processus d’investissement. En outre, nous dialoguons avec les sociétés en portefeuille qui appartiennent à des secteurs très polluants afin d’exiger des changements.

Dans le cadre de l’initiative «Climate Action 100», le plus grand engagement collaboratif entre investisseurs de l’histoire, nous avons clairement exprimé nos attentes. Nous voulons que les entreprises adoptent un cadre de gouvernance solide, qui définit clairement la responsabilité du conseil et la supervision des risques et opportunités liés au changement climatique. Nous avons également demandé aux entreprises d’intégrer le changement climatique à leur cadre standard de gestion des risques afin de recenser, évaluer et gérer les risques matériels et de transition.

En outre, nous souhaitons que les entreprises agissent et adoptent des mesures pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, investissent dans les technologies propres et se fixent des objectifs de réduction des émissions. Et, enfin, nous leur demandons d’appliquer les recommandations du Groupe de travail sur l’information financière relative au climat (TCFD) dans leurs principaux documents financiers annuels.

Pour nos décisions d’investissement, nous tenons compte des informations issues de nos nombreux programmes d’engagement avec les entreprises des secteurs qui émettent le plus de CO2 et les associons aux fruits de la recherche de RobecoSAM sur la durabilité.

Nous évaluons aussi la matérialité des enjeux ESG dans ce secteur, puis la performance des entreprises en la matière. Cette évaluation influence la valorisation et/ou notre analyse fondamentale des entreprises et des émetteurs. Les graphiques ci-dessous illustrent ces deux éléments (matérialité et impact sur la valorisation) dans l’un des secteurs les plus exposés au changement climatique: les services aux collectivités. Selon nous, cet effet devrait s’amplifier dans les prochaines années.

JPEG - 41.9 ko
Principaux facteurs du secteur des services aux collectivités.
Source: Robeco
JPEG - 40.7 ko
Impact sur les objectifs du cours du secteur des services aux collectivités.
Source: Robeco
Carola van Lamoen 4 février
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique