IMG
La révolution de l'industrie de la gestion d'actifs est en marche

Selon l’Etude PwC Asset & Wealth Management Revolution: Pressure on profitability, la révolution de l’industrie de la gestion d’actifs est en marche. Malgré la hausse des encours, les frais de gestion des fonds communs de placement vont baisser de près de 20% d’ici à 2025...

La révolution de l’industrie de la gestion d’actifs est en marche. Malgré la hausse des encours, les frais de gestion des fonds communs de placement vont baisser de près de 20% d’ici à 2025, plus particulièrement, l’Europe et l’Asie connaîtront les baisses les plus marquées: -26 et -24,6% respectivement.

Les actifs sous gestion augmentent, de même que les coûts et les revenus des gestionnaires d’actifs. Les experts PwC prévoient un volume d’encours de 145,4 milliards de dollars d’ici 2025. Les coûts n’ont toutefois pas progressé aussi rapidement que les revenus pour plusieurs raisons, dont les économies d’échelle et l’adoption progressive des nouvelles technologies. À mesure que la pression des investisseurs et des régulateurs va se renforcer, poussant les entreprises à investir dans les infrastructures et les talents, les coûts devraient repartir fortement à la hausse.

Dans les marchés développés, jusqu’à 25% des fonds communs de placement vont disparaître, tandis que les ETF (Exchange Traded Funds) vont croître de façon significative.

Dans ce contexte, le cabinet de conseil et d’audit PwC publie une nouvelle étude Asset & Wealth Management Revolution: Pressure on profitability. Objectif? Ce rapport présente l’évolution des structures de rémunération dans l’industrie d’ici à 2025 ainsi que les choix structurants qui s’offrent à ses acteurs et les plans d’actions qu’ils doivent mettre en place.

Les experts PwC analysent quatre axes-clés à partir desquels les gestionnaires d’actifs pourront bâtir un modèle opérationnel cible afin de préserver, voire améliorer leur profitabilité.

1. Articuler la «value for money»: les investisseurs se tournent vers la gestion d’actifs et affichent leur volonté d’obtenir un meilleur retour sur investissement. Les nouvelles réglementations et la concurrence obligent les gestionnaires d’actifs à gagner en efficacité et à baisser leurs prix. De nouveaux modèles de commissions indexés sur la performance et la qualité de la gestion commencent à transformer la gestion active. Les acteurs de la gestion passive ressentent quant à eux une pression constante des produits à faible marge et s’orientent vers de nouveaux domaines, comme le smart bêta ou encore les placements alternatifs. Les commissions de ces stratégies alternatives résistent mieux, mais la pression du marché exige une plus grande innovation. Les gestionnaires d’actifs doivent donc s’employer à bien articuler leur proposition de valeur.

2. Positionnement stratégique: les contraintes légales et réglementaires font croître les coûts alors qu’investisseurs et régulateurs exercent une pression à la baisse des commissions de gestion. Les sociétés de gestion sont contraintes de se recentrer sur leur positionnement stratégique. Les gestionnaires d’actifs doivent faire un choix entre opérer à grande échelle et occuper une niche. Dans les deux cas ils devront adapter leur activité (c’est-à-dire la gamme de produits, les marchés ciblés et les canaux de distribution) et viser l’excellence opérationnelle. L’industrie est par ailleurs appelée, au moins dans certains marchés développés, à connaître un important mouvement de consolidation; des opportunités existent pour les acteurs de niche qui peuvent se rapprocher d’acteurs établis désirant étendre leur offre ou pour les gestionnaires de taille moyenne qui en fusionnant pourront consolider leur position. Nous estimons que jusqu’à 20% des sociétés de gestion de ces pays disparaîtront d’ici à 2025.

3. Se transformer grâce à la technologie ou être évincé: les avancées de la technologie telles que l’intelligence artificielle, le Big Data et la robotisation commencent à témoigner des progrès déjà évoqués dans le rapport PwC «AWM Revolution: embracing exponential change». Ces technologies boostent l’efficacité et réduisent les coûts, notamment au niveau du front office, des ventes et du service. Selon PwC, les gestionnaires d’actifs n’ayant pas suffisamment investi dans les technologies risquent de décliner.

4. Guerre des talents: les sociétés de gestion ont besoin de talents familiers des nouvelles technologies à des fonctions toujours plus étendues au sein de l’entreprise. Les jeunes diplômés recherchent des entreprises en phase avec leurs valeurs, qui leur présentent des défis et leur proposent des opportunités tant dans la vie professionnelle que privée. L’industrie de la gestion d’actifs doit transformer sa culture pour attirer de nouveaux talents et développer les compétences de ses collaborateurs actuels. Les sociétés de gestion vont devoir évoluer vers des équipes pluridisciplinaires et intégrées.

Next Finance 5 novembre
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique