IMG
La confiance des investisseurs enregistre une hausse de 4,4 points en février à 107,4

State Street Global ExchangeSM a publié aujourd’hui les résultats de l’indice de confiance des investisseurs «State Street Investor Confidence Index®» (ICI) pour le mois de février 2018.

L’Indice mondial de confiance des investisseurs s’établit à 107,4, en hausse de 4,4 points par rapport au niveau de 103,0 (en données corrigées) enregistré en janvier. Les investisseurs en Amérique du Nord et en Asie ont affiché un regain d’appétit pour le risque, avec une hausse des indices régionaux respectifs de 6,1 points à 104,4 et de 7,8 points à 108,5. En revanche, l’indice de la confiance des investisseurs en Europe a enregistré un recul de 12,9 points, terminant à 100,6.

L’indice de confiance des investisseurs de State Street a été développé par Kenneth Froot et Paul O’Connell de State Street Associates(R), l’activité de recherche et de services de conseil de State Street Global Exchange. L’indice évalue de manière quantitative l’appétit des investisseurs pour le risque en analysant les tendances se dégageant des achats et des ventes effectués par les investisseurs institutionnels. L’indice attribue une importance particulière aux changements de sentiment des investisseurs vis-à-vis du risque: plus le pourcentage de leurs placements en actions est élevé, plus leur tolérance au risque, et par conséquent, leur confiance, est grande. 100 correspond au niveau neutre, où les allocations des investisseurs en actifs à haut risque n’augmentent pas plus qu’elles ne diminuent. L’indice se distingue des mesures fondées sur des enquêtes, car il s’appuie sur les transactions réellement effectuées par les investisseurs institutionnels, et non sur leurs opinions.

«Loin d’être ennuyeux, le mois de février a vu l’attention des marchés mondiaux captivée par les inquiétudes croissantes liées à l’inflation, ainsi qu’au rythme et au degré de la remontée des taux d’intérêt. Il semble, cependant, que le retour de la volatilité n’ait pas entamé l’appétit des investisseurs institutionnels pour le risque» commente Ken Froot.

«Si les investisseurs ont, dans l’ensemble, affiché une certaine résilience face à la plus grande volatilité du marché, la divergence des résultats régionaux est intéressante. Les marchés ont évolué en fonction des fortes fluctuations aux États-Unis, mais il semble que celles-ci aient davantage affecté les investisseurs en Europe, que ceux en Amérique du Nord ou en Asie. Cette divergence est à noter et à surveiller dans les prochains mois» ajoute Lee Ferridge, Directeur de la Stratégie Multi-Actifs, Amériques, chez State Street Global Markets.

Next Finance 28 février
Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique