IMG
L'histoire fait un retour en force

La politique et les politiques sont devenues de plus en plus incertaines. Les investisseurs devraient commencer à s’habituer à des périodes plus turbulentes.

Nous approchons de la fin d’une époque. Et par cela, nous ne voulons pas seulement parler de combien de temps le cycle actuel peut durer. Dans cet article, nous voulons plutôt nous pencher sur des événements à venir apparemment sans liens, mais qui sont largement regroupés dans la catégorie du «risque politique».

Le jour officiel du Brexit approche à grands pas. Le 29 mars, le Royaume-Uni doit quitter l’Union européenne. Personne ne sait à quel point la situation pourrait se détériorer en l’absence d’un accord de retrait quelconque qui serait adopté par le parlement de Westminster et les partenaires européens du Royaume-Uni. Les marchés détestent ce genre d’incertitude. Pour l’instant, la plupart des investisseurs espèrent que quelque chose sera adopté, ne serait-ce qu’une extension. Cela correspondrait certainement à la tendance actuelle qui consiste à éviter les décisions difficiles, en particulier du côté britannique.

Ensuite, il y a divers événements électoraux, y compris le vote parlementaire éclair de l’Espagne et les élections au Parlement européen du 23 au 26 mai de cette année. D’après ce que l’on a pu voir par le passé, de nombreux investisseurs semblent prêts à envisager des mouvements populistes, qui pourraient avoir des conséquences négatives sur le marché. Si l’on ajoute à cela les conflits commerciaux en cours entre le président américain Donald Trump et une grande partie du reste du monde, il n’est pas étonnant que les investisseurs apprennent rapidement à prévoir les imprévus. Parfois, les marchés tournent entre morosité et euphorie, en fonction du dernier Tweet présidentiel.

Vous remarquerez quelques points communs. Dans tous les cas, les investisseurs ont tendance à extrapoler à partir d’expériences récentes. C’est une réaction très humaine face à l’incertitude. Souvent, on y ajoute une bonne dose de vœux pieux, comme dans les lignes suivantes: "Il y a forcément des gens rationnels de tous les côtés. Les électeurs et les décideurs politiques doivent prévoir les préjudices qu’ils sont susceptibles de causer, notamment à eux-mêmes. Ils décideront sûrement d’une manière que je trouverais sensée."

C’est précisément ce genre de raisonnement qui a conduit les marchés à sous-estimer la probabilité que le Royaume-Uni vote pour quitter l’Union européenne en 2016. Et pourtant, le vote Brexit n’était pas tout à fait imprévisible d’après les données du sondage. La victoire de Trump au collège électoral ne l’était pas non plus (malgré sa défaite au vote populaire).

Ce sont des schémas si souvent surprenants que nous essayons d’analyser et d’anticiper les risques politiques. Depuis des décennies, le comportement électoral est devenu moins prévisible, ce qui laisse beaucoup de place aux surprises en matière d’élections. Il est vrai que de telles surprises augmentent la probabilité d’accidents politiques potentiellement dommageables; la perspective imminente d’un Brexit dur et chaotique n’en est qu’un exemple frappant. Les «surprises électorales», sont tout de même plus rares. Le plus souvent, il y a beaucoup d’indices qui aident à identifier les tendances sous-jacentes. Pour le Brexit, au-delà de la question d’un "deal" ou d’un "no deal", on a pu identifier les fractures politiques qui existent dans le pays. En ce qui concerne le commerce en général, «l’anti mondialisation» est un sentiment qui pourrait se développer. La résistance contre le libre-échange semble avoir des causes plus profondes que les préférences politiques idiosyncrasiques de l’actuel président américain.

Toutefois, peu de ces modèles sont universellement valides. Les récits simples sur les révoltes populistes voyagent rarement aussi bien que ceux sur la Chine, Brexit et Trump décrits ci-dessus. Cela s’explique en partie par les différences de traditions politiques et de systèmes électoraux que seule une analyse minutieuse peut révéler. Comme nous le décrivons dans un précédent commentaire sur les élections européennes, le populisme de droite comme de gauche n’est pas un phénomène nouveau en Europe continentale. Dans de nombreux pays, les partis en question ont des dizaines d’années. Certains d’entre eux ont déjà connu plusieurs cycles de succès électoraux rapides, souvent suivis d’un effondrement rapide. Plusieurs d’entre eux ont connu des succès notables lors des élections européennes de 2014. Tant les résultats des sondages que l’expérience passée suggèrent qu’en dehors de l’Italie, les élections européennes de 2019 pourraient s’avérer assez décevantes pour les vainqueurs populistes d’hier. Cela s’explique en partie par le fait que les insurrections contre le statu quo ne doivent pas nécessairement être extrêmes, ni eurosceptiques. Cela est particulièrement évident dans des pays comme la Pologne. Dans l’ensemble, les sondages suggèrent actuellement que les forces socialement libérales, largement pro-européennes et pro-marché sont favorables.

Tout cela nous amène à tirer des leçons plus générales. Il y a vingt-sept ans, l’économiste politique Francis Fukuyama proclamait la " fin de l’histoire ". Il voulait dire par là qu’il n’y avait plus d’alternative idéologique au libre marché et à la démocratie libérale. Dans de nombreux pays, cette ère s’est terminée en 2016, sinon avant. De nombreuses alternatives émergent, souvent à une vitesse fulgurante. L’incertitude politique n’est pas une aberration temporaire. C’est la marque de ce que nous appellerions le "Retour de l’Histoire". Le conflit idéologique est de retour et la compréhension de cette nouvelle réalité est susceptible de devenir un élément de plus en plus critique pour la performance des investissements. Au lieu de penser: "Ça n’arrivera jamais!", demandons-nous: "Que pourrait-il se passer ensuite?" Et n’oublions pas que toutes les surprises politiques ne doivent pas nécessairement être négatives.

Comment le populisme peut accroître l’incertitude

L’incertitude politique n’est pas seulement une aberration temporaire. Dans de nombreuses grandes démocraties, les électeurs semblent, à juste titre, en colère contre le statu quo.

Tags


Partager


Commentaire

Dans la même rubrique